jump to navigation

La vision de Ségolène Royal pour Heuliez 24 mars 2009

Par Thierry Klein dans : Economie,Non classé.
Lu 3 712 fois | 2 commentaires

Grâce à Ségolène Royal, Heuliez va probablement être la première entreprise automobile à se reconvertir totalement et inconditionnellement vers le véhicule électrique (voir mon billet En finir avec l’industrie automobile traditionnelle).

Ségolène Royal s’est dotée, au niveau régional, des mêmes outils que l’Etat au niveau national (fonds d’investissement et fonds de garantie).

Ironiquement, le « business plan » d’Heuliez est jugé « irréaliste » par Bercy au prétexte qu’Heuliez annonce 23% de part de marché sur le véhicule électrique dans 3 ans et qu’il ne peut pas raisonnablement les atteindre – ce qui est vrai. Mais Bercy manque de vision et ne voit pas que dans 15 ans, tous les véhicules motorisés, ou presque, seront électriques.

L’argent investi dans Heuliez est mille fois plus rentable que les fameuses primes à la casse ou que tout l’argent investi, en pure perte, chez les grands constructeurs automobiles, qui ont sûrement présenté, au yeux de Bercy, des plans très « réalistes » !

Via le JDD

Billets associés :
del.icio.us:La vision de Ségolène Royal pour Heuliez digg:La vision de Ségolène Royal pour Heuliez spurl:La vision de Ségolène Royal pour Heuliez wists:La vision de Ségolène Royal pour Heuliez simpy:La vision de Ségolène Royal pour Heuliez newsvine:La vision de Ségolène Royal pour Heuliez blinklist:La vision de Ségolène Royal pour Heuliez furl:La vision de Ségolène Royal pour Heuliez reddit:La vision de Ségolène Royal pour Heuliez fark:La vision de Ségolène Royal pour Heuliez blogmarks:La vision de Ségolène Royal pour Heuliez Y!:La vision de Ségolène Royal pour Heuliez smarking:La vision de Ségolène Royal pour Heuliez magnolia:La vision de Ségolène Royal pour Heuliez segnalo:La vision de Ségolène Royal pour Heuliez gifttagging:La vision de Ségolène Royal pour Heuliez


Pourquoi les réponses adaptées à la crise financière sont anti-démocratiques 11 février 2009

Par Thierry Klein dans : Crise Financière,Entreprise altruiste,Non classé.
Lu 4 628 fois | ajouter un commentaire

J’ai fait remarquer que les deux meilleurs livres sur la mondialisation (Bob Reich, Supercapitalisme) et sur la Crise financière (Jacques Attali, La crise et après ?) sont beaucoup plus convaincants au niveau de l’analyse que des solutions.

Les auteurs en sont d’ailleurs pleinement conscients (J’ai échangé quelques mails avec Bob Reich à ce sujet et Jacques Attali écrit explicitement, à plusieurs reprises, qu’il y a « très peu de chances, en l’état actuel des esprits, que la solution soit mise en oeuvre »

Ces deux auteurs analysent très bien pour l’un le mécanisme de la mondialisation, pour l’autre, celui qui mène à la crise. Tous deux, de façon très juste, mettent le doigt sur le déficit démocratique (voir dans ce blog) qui s’est créé et veulent, de façon tout à fait louable, rétablir plus de démocratie.

Pourtant, et c’est là le paradoxe, tous deux proposent, pour aller vers plus de démocratie, des solutions qui n’ont à l’heure actuelle aucune chance d’être mises en œuvre par les démocraties, parce que, grosso modo, elles sont impopulaires.

Bob Reich et Jacques Attali parlent de régulation européenne accrue, réduction de la dette, réduction du lobbying, gouvernance internationale, meilleur contrôle des dépenses au niveau des citoyens. Ils ont raison, bien sûr !

Mais pour que ces mesures soient réellement envisagées, il faudrait envisager une sorte de démocratie « éclairée », c’est-à-dire des gouvernements d’élite capables d’aller, pendant quelques années, contre la volonté actuelle des peuples – possible en Europe, impossible aux Etats-Unis. Et peut-être pas souhaitable car il n’est pas sûr qu’un gouvernement d’élite puisse ne pas devenir rapidement un gouvernement au service des élites.

Il y a deux raisons principales pour lesquelles la démocratie ne fonctionne plus :

1) Les investissements massifs des entreprises en lobbying, qui empêchent tout simplement parfois que les problèmes important soient examinés par les législateurs. Bob Reich fait dans son livre une analyse très convaincante, « de l’intérieur du sérail » du lobbying.

2) La mondialisation est intimement liée à la transformation du citoyen en consommateur. La publicité est au citoyen ce que le lobbying est au député: un opium qui empêche la prise de conscience.

Sortir de la crise, c’est nécessairement augmenter le poids relatif des moyens de communication au service des intérêts généraux par-rapport à ceux des entreprises.

Cela passe évidemment par l’action des états (qui peuvent légiférer pour plafonner les dépenses de lobbying ou de publicité), mais c’est aussi un des buts du Capital Altruiste.

En injectant des sommes importantes dans les organisations d’intérêt général, le Capital Altruiste peut leur permettre de faire leur propre lobbying (vers le législateur) et leur propre publicité (vers le citoyen-consommateur).

Le Capital Altruiste peut être l’outil qui permet d’aller vers les réponses adaptées à la crise tout en restant en démocratie.

Billets associés :
del.icio.us:Pourquoi les réponses adaptées à la crise financière sont anti-démocratiques digg:Pourquoi les réponses adaptées à la crise financière sont anti-démocratiques spurl:Pourquoi les réponses adaptées à la crise financière sont anti-démocratiques wists:Pourquoi les réponses adaptées à la crise financière sont anti-démocratiques simpy:Pourquoi les réponses adaptées à la crise financière sont anti-démocratiques newsvine:Pourquoi les réponses adaptées à la crise financière sont anti-démocratiques blinklist:Pourquoi les réponses adaptées à la crise financière sont anti-démocratiques furl:Pourquoi les réponses adaptées à la crise financière sont anti-démocratiques reddit:Pourquoi les réponses adaptées à la crise financière sont anti-démocratiques fark:Pourquoi les réponses adaptées à la crise financière sont anti-démocratiques blogmarks:Pourquoi les réponses adaptées à la crise financière sont anti-démocratiques Y!:Pourquoi les réponses adaptées à la crise financière sont anti-démocratiques smarking:Pourquoi les réponses adaptées à la crise financière sont anti-démocratiques magnolia:Pourquoi les réponses adaptées à la crise financière sont anti-démocratiques segnalo:Pourquoi les réponses adaptées à la crise financière sont anti-démocratiques gifttagging:Pourquoi les réponses adaptées à la crise financière sont anti-démocratiques


Croissance ou productivité ? Le débat sur le plan de relance à l’Assemblée Nationale. 28 janvier 2009

Par Thierry Klein dans : Crise Financière,Non classé.
Lu 5 720 fois | 5 commentaires

D’un côté le PS qui demande une relance par la consommation. C’est une politique ruineuse qui n’aurait aucun sens, sur le plan économique.

Qui plus est, vouloir relancer la consommation alors que nous sommes dans une crise de l’hyper-consommation a un côté comique tellement c’est du n’importe quoi. Sociologiquement, c’est exactement le contraire qu’il faut faire.

Bizarrement, Fillon répond hors sujet… Il parle de plan de relance « pour augmenter la productivité du pays » – alors qu’on parle en général de dépenses d’investissement.

Car dans le mot « productivité », il y a non seulement la crise financière mais en plus l’augmentation du temps de travail, la réduction du train de vie de l’état, etc… Ca crée un amalgame utile avec les autres réformes sarkoziennes… Après tout pourquoi pas ? C’est une réponse démagogique à une objection démagogique.

En fait, gauche et droite sont à peu près d’accord pour une relance keynésienne avec au moins un minimum de relance par la consommation (pour des raisons sociales).

Mais contrairement aux crises précédentes, une relance keynésienne ne pourrait avoir de l’effet que si les investissements sont extrêmement sélectifs – les investissements traditionnels (automobile, industrie, chimie…) n’auront que peu d’effets, voire des effets négatifs.

Il ne s’agit pas, en effet, d’augmenter la consommation, mais d’investir pour passer d’un mode de consommation vers un autre, pour accompagner la sortie de l’ère de consommation que nous vivons. Trouver une autre croissance.

Aux USA, Obama a annoncé des aides pour reconvertir l’automobile vers des transports plus propres. C’est de l’investissement sélectif (c’était à prévoir, Obama lit visiblement ce blog, il est vraiment très fort).

En France, des aides aux constructeurs. C’est de l’investissement inutile, ce qui au final, se ramène à de la consommation.

Billets associés :
del.icio.us:Croissance ou productivité ? Le débat sur le plan de relance à l'Assemblée Nationale. digg:Croissance ou productivité ? Le débat sur le plan de relance à l'Assemblée Nationale. spurl:Croissance ou productivité ? Le débat sur le plan de relance à l'Assemblée Nationale. wists:Croissance ou productivité ? Le débat sur le plan de relance à l'Assemblée Nationale. simpy:Croissance ou productivité ? Le débat sur le plan de relance à l'Assemblée Nationale. newsvine:Croissance ou productivité ? Le débat sur le plan de relance à l'Assemblée Nationale. blinklist:Croissance ou productivité ? Le débat sur le plan de relance à l'Assemblée Nationale. furl:Croissance ou productivité ? Le débat sur le plan de relance à l'Assemblée Nationale. reddit:Croissance ou productivité ? Le débat sur le plan de relance à l'Assemblée Nationale. fark:Croissance ou productivité ? Le débat sur le plan de relance à l'Assemblée Nationale. blogmarks:Croissance ou productivité ? Le débat sur le plan de relance à l'Assemblée Nationale. Y!:Croissance ou productivité ? Le débat sur le plan de relance à l'Assemblée Nationale. smarking:Croissance ou productivité ? Le débat sur le plan de relance à l'Assemblée Nationale. magnolia:Croissance ou productivité ? Le débat sur le plan de relance à l'Assemblée Nationale. segnalo:Croissance ou productivité ? Le débat sur le plan de relance à l'Assemblée Nationale. gifttagging:Croissance ou productivité ? Le débat sur le plan de relance à l'Assemblée Nationale.


Quel est l’impact de la crise financière sur une société comme Speechi ? 6 octobre 2008

Par Thierry Klein dans : Non classé.
Lu 4 280 fois | 2 commentaires

Speechi n’est pas impacté en tant que tel par la crise financière (la solvabilité de nos clients n’est actuellement pas remise en cause). Mais sur le plan pratique, le principal problème est la nécessité de gérer la trésorerie au jour le jour.

Une grande société a des outils qui lui permettent de régler exactement sa trésorerie en fonction des dépenses prévues à très court terme (dans les 48h). Une société telle que Speechi fonctionne de façon manuelle, presqu’à vue et dispose, en général, de 15 jours à 1 mois de trésorerie disponible (le reste étant investi en SICAV monétaires).

Avec la crise financière, tous les dépôts bancaires des sociétés deviennent des dépôts à risque: la Banque peut s’écrouler en 24 heures et dans ce cas, les dépôts sont perdus – mais pas les SICAV, qui appartiennent en propre à Speechi. Il est nécessaire de régler sa trésorerie de façon quotidienne, pour « minimiser » le dépôt bancaire et le convertir en SICAV, ce qui me prend une bonne heure tous les jours – et parfois une bonne prise de tête si on a oublié un paiement à effectuer – ou un encaissement important.

Beaucoup de dirigeants de petites PME lisent ce blog… Qui a modifié ses habitudes bancaires ?

Billets associés :
del.icio.us:Quel est l'impact de la crise financière sur une société comme Speechi ? digg:Quel est l'impact de la crise financière sur une société comme Speechi ? spurl:Quel est l'impact de la crise financière sur une société comme Speechi ? wists:Quel est l'impact de la crise financière sur une société comme Speechi ? simpy:Quel est l'impact de la crise financière sur une société comme Speechi ? newsvine:Quel est l'impact de la crise financière sur une société comme Speechi ? blinklist:Quel est l'impact de la crise financière sur une société comme Speechi ? furl:Quel est l'impact de la crise financière sur une société comme Speechi ? reddit:Quel est l'impact de la crise financière sur une société comme Speechi ? fark:Quel est l'impact de la crise financière sur une société comme Speechi ? blogmarks:Quel est l'impact de la crise financière sur une société comme Speechi ? Y!:Quel est l'impact de la crise financière sur une société comme Speechi ? smarking:Quel est l'impact de la crise financière sur une société comme Speechi ? magnolia:Quel est l'impact de la crise financière sur une société comme Speechi ? segnalo:Quel est l'impact de la crise financière sur une société comme Speechi ? gifttagging:Quel est l'impact de la crise financière sur une société comme Speechi ?


Sortie du site Capital Altruiste 29 septembre 2008

Par Thierry Klein dans : Non classé.
Lu 3 956 fois | ajouter un commentaire

Le site du Capital Altruiste est sorti vendredi, en même temps que le lancement des Racines du Ciel.

Un GRAND merci à Mathieu (n°1) pour son travail. Mathieu (n°2) va peut être nous faire le logo d’ici peu.

Je reviendrai sur la journée de lancement des Racines du Ciel et du Capital Altruiste. Ca m’a donné la pêche.

Billets associés :
del.icio.us:Sortie du site Capital Altruiste digg:Sortie du site Capital Altruiste spurl:Sortie du site Capital Altruiste wists:Sortie du site Capital Altruiste simpy:Sortie du site Capital Altruiste newsvine:Sortie du site Capital Altruiste blinklist:Sortie du site Capital Altruiste furl:Sortie du site Capital Altruiste reddit:Sortie du site Capital Altruiste fark:Sortie du site Capital Altruiste blogmarks:Sortie du site Capital Altruiste Y!:Sortie du site Capital Altruiste smarking:Sortie du site Capital Altruiste magnolia:Sortie du site Capital Altruiste segnalo:Sortie du site Capital Altruiste gifttagging:Sortie du site Capital Altruiste