jump to navigation

De Maître Pancrace au Docteur Raoult : la peste et les maladies infectieuses à Marseille 4 avril 2020

Par Thierry Klein dans : Covid-19,Critiques,Politique.
Lu 1 530 fois | 1 commentaire

Pagnol raconte dans une nouvelle, Les pestiférés, l’histoire de Maître Pancrace, ancien médecin du Roy, qui durant la grande peste de 1720 sauva tout le quartier de la colline Devilliers à Marseille.

Ce médecin atypique s’était renseigné avant tout le monde sur les modes de contagion de la peste– il avait observé en particulier que les moines cloîtrés ne l’attrapaient pas. Il avait lu tous les livres et en particulier l’histoire des 19 épidémies documentées – la première source remontant à Thucydide.

Quand l’épidémie se déclara, il fut le premier à la reconnaître et isola immédiatement tout son quartier, une centaine de personnes, se murant derrière des murs et se protégeant avec de l’eau fortement vinaigrée – seule barrière ayant semblé faire ses preuves contre la maladie. Les habitants de la colline avaient constitué plusieurs mois de réserve, mais ils se cachaient des autorités et durent quand même évacuer au bout de quelques semaines.

Pagnol raconte leur fuite de Marseille et les libertés que le médecin dut prendre avec le protocole – déjà – pour les sauver. Quand ils atteignirent le village d’Allauch, on ne décomptait pas le moindre mort dans leurs rangs. La moitié de la population de Marseille, 40 000 personnes, était morte.

(Histoire probablement totalement imaginaire, faut pas rêver non plus, c’est du Pagnol)

Billets associés :
del.icio.us:De Maître Pancrace au Docteur Raoult : la peste et les maladies infectieuses à Marseille digg:De Maître Pancrace au Docteur Raoult : la peste et les maladies infectieuses à Marseille spurl:De Maître Pancrace au Docteur Raoult : la peste et les maladies infectieuses à Marseille wists:De Maître Pancrace au Docteur Raoult : la peste et les maladies infectieuses à Marseille simpy:De Maître Pancrace au Docteur Raoult : la peste et les maladies infectieuses à Marseille newsvine:De Maître Pancrace au Docteur Raoult : la peste et les maladies infectieuses à Marseille blinklist:De Maître Pancrace au Docteur Raoult : la peste et les maladies infectieuses à Marseille furl:De Maître Pancrace au Docteur Raoult : la peste et les maladies infectieuses à Marseille reddit:De Maître Pancrace au Docteur Raoult : la peste et les maladies infectieuses à Marseille fark:De Maître Pancrace au Docteur Raoult : la peste et les maladies infectieuses à Marseille blogmarks:De Maître Pancrace au Docteur Raoult : la peste et les maladies infectieuses à Marseille Y!:De Maître Pancrace au Docteur Raoult : la peste et les maladies infectieuses à Marseille smarking:De Maître Pancrace au Docteur Raoult : la peste et les maladies infectieuses à Marseille magnolia:De Maître Pancrace au Docteur Raoult : la peste et les maladies infectieuses à Marseille segnalo:De Maître Pancrace au Docteur Raoult : la peste et les maladies infectieuses à Marseille gifttagging:De Maître Pancrace au Docteur Raoult : la peste et les maladies infectieuses à Marseille


Comprendre la publication scientifique, quelques commentaires 10 novembre 2019

Par Thierry Klein dans : Critiques,Technologies.
Lu 2 418 fois | ajouter un commentaire

Quelques réflexions qui me sont inspirées en commentaire du billet de Franck Ramus: comprendre la publication scientifique


1) Le cas des Sciences Humaines et Sociales (SHS)

Le billet contient une critique implicite et à mon sens parfaitement justifiée des SHS, en particulier dans sa note [5]. Il y a effectivement confusion, depuis l’origine de ces sciences, entre œuvre scientifique et œuvre littéraire – ainsi Freud, dont le contenu scientifique de l’œuvre reste soumis à caution, n’en est pas moins un auteur de génie. Qui plus est, les SHS s’arrêtent souvent bien en deçà de l’ouvre littéraire, pour tomber au niveau du manifeste politique – là aussi, c’est le fruit d’une longue tradition (cf Bourdieu, etc). Un large pan des SHS a été contaminé ; un grand nombre d’études SHS tiennent aujourd’hui littéralement du tract et n’ont de fait pas de contenu scientifique.
Le mécanisme de « peer review », dont Franck Ramus chante les louanges n’empêche pas ce phénomène, ni au niveau français ni au niveau international (la « profondeur » de la théorie du genre, un must international des SHS, mettrait en joie Rabelais ou Molière). Dans le cas des SHS, le « Peer review » amplifie même, en l’espèce le phénomène, les pairs formant alors une sorte d’aristocratie tendant à sa propre reproduction et recherchant de façon circulaire, dans les papiers soumis, une forme d’auto-confirmation de ses propres idées.

2) Critique des « peer reviews »

Du fait de l’hyperspécialisation des sciences à laquelle on assiste depuis un peu plus d’un siècle, le nombre des pairs, pour chaque spécialité, est très réduit (souvent ces pairs se connaissent tous. Dans le cas des grandes universités anglo-saxonnes, ils vivent ensemble, se côtoient à la ville et dans les congrès, leurs femmes se côtoient, les cancans sur leur vie privée circulent entre eux, etc). Considéré spécialité par spécialité, le global village, même s’il est mondial, même à l’ère d’Internet, est donc minuscule.
Dans ce village, les opinions des profanes ne sont jamais considérées, même s’ils ont dédié 30 ans de leur vie à étudier les livres des savants. Les opinions des savants des autres disciplines ne sont non plus jamais considérées du fait de l’hyperspécialisation scientifique. Les pressions sociales qui s’y exercent sont intenses (argent, considération, amitiés, jalousies, réputation, lutte entre les générations…) comme dans toutes les activités humaines. Les savants sont des gens très doués, sélectionnés sur examen qui jugent leurs aptitudes supposées à la science, mais pas leur goût pour la vérité. Il y donc aussi des modes en sciences, d’une durée d’environ 10 à 20 ans et qui produisent ce qu’il faut bien appeler une opinion moyenne, au sens où l’entend Franck Ramus. Même si cette opinion s’appuie sur des données expérimentales, ces expériences sont réalisées dans le village, les a priori qui les sous-tendent ne sont compris que dans le village, nécessitent des appareils coûteux et ne sont interprétées que par les habitants du village. Planck : « Même dans le cas des mesures les plus directes et les plus exactes, par exemple celle du poids ou de l’intensité d’un courant, les résultats ne peuvent être utilisables qu’après avoir subi nombre de corrections dont le calcul est déduit d’une hypothèse…».
Il ne faut donc pas exagérer la valeur du mécanisme de « peer review », même si, évidemment, la situation des SHS reste une exceptionnelle sorte de « cas limite » : toutes les autres spécialités justifient cette critique, sans atteindre cette limite.

3) La forme des publications

Le mode de fonctionnement scientifique actuel semble bien adapté à des évolutions techniques incrémentales. Les savants sont payés pour aller toujours de l’avant, produire de nouveaux papiers sans quoi on n’obtient ni avancement ni prix Nobel. Pourtant Aristote, Galilée, Newton… ont écrit de grands livres et dans le cas d’Aristote et de Galilée au moins, contenant une grande part d’opinion. (C’est une évidence aujourd’hui pour Aristote et dans le cas de Galilée, le Dialogue sur les systèmes du monde, un livre extraordinaire dans sa forme et son impact, est bourré d’approximations et d’erreurs scientifiques, en particulier sur la théorie des marées). La méthode actuelle à base de publications courtes est une sorte de caricature (perversion) de la méthode expérimentale de Descartes : chaque papier apportant une pierre supplémentaire à l’édifice mais sans jamais un retour sur les fondements. Ainsi, autant que j’en puisse très modestement juger en tant que non habitant du village, en dépit d’avancées techniques absolument uniques depuis un siècle, la physique fondamentales s’est arrêtée depuis la découverte de la relativité et de la physique quantique, chacune résolvant d’un coup un grand nombre de contradictions classiques mais introduisant naturellement de nouvelles contradictions (Platon : « tout ce que l’intelligence humaine peut se représenter enferme des contradictions qui sont le levier par lequel elle s’élève » – Je ne sais pas si la mécanique quantique, dont la forme scientifique actuelle est essentiellement non représentable à l’intelligence humaine, est concernée).
Pour en revenir à l’analyse initiale de FR, ce qui se joue ici est plus important que la science même, c’est la notion de vérité, remplacée un peu partout par la notion d’utilité, que ce soit au sein du village ou des autres modes de publication « grand public ». Tout nous ramène à l’utilité, personne ne songe à la définir. En fait, l’opinion publique règne aussi dans le village des savants. Nous sommes revenus à la Grèce telle que Platon la décrit dans la République, au point qu’il semble décrire notre époque. L’art de persuader, la publicité, la propagande, le cinéma, le journal, la radio, la télé, Google, tiennent lieu de pensée et ont simplement remplacé Protagoras et les sophistes. Malheureusement, il semble que Socrate, Platon, la tradition pythagoricienne nous fassent défaut.

Billets associés :
del.icio.us:Comprendre la publication scientifique, quelques commentaires digg:Comprendre la publication scientifique, quelques commentaires spurl:Comprendre la publication scientifique, quelques commentaires wists:Comprendre la publication scientifique, quelques commentaires simpy:Comprendre la publication scientifique, quelques commentaires newsvine:Comprendre la publication scientifique, quelques commentaires blinklist:Comprendre la publication scientifique, quelques commentaires furl:Comprendre la publication scientifique, quelques commentaires reddit:Comprendre la publication scientifique, quelques commentaires fark:Comprendre la publication scientifique, quelques commentaires blogmarks:Comprendre la publication scientifique, quelques commentaires Y!:Comprendre la publication scientifique, quelques commentaires smarking:Comprendre la publication scientifique, quelques commentaires magnolia:Comprendre la publication scientifique, quelques commentaires segnalo:Comprendre la publication scientifique, quelques commentaires gifttagging:Comprendre la publication scientifique, quelques commentaires


Copé, la victime émissaire et le misanthrope 3 mars 2016

Par Thierry Klein dans : Critiques,Politique,René Girard.
Lu 2 583 fois | ajouter un commentaire

Copé s’est abondamment présenté, sur tous les plateaux télé, comme une « victime innocente, un bouc émissaire » en précisant bien lourdement qu’il entendait ces termes au sens de René Girard. Pour Girard, les hommes, soumis au désir mimétique, ont tendance à expulser la violence à certains moments de leur histoire en désignant arbitrairement une victime émissaire, en la tuant, puis en la divinisant car, le meurtre de la victime ayant miraculeusement ramené le calme dans les rangs, des pouvoirs surnaturels lui sont ensuite attribués.

Dans les peuplades primitives, la victime émissaire était probablement dépecée et mangée, et le sort de Copé, exclu de l’UMP certes, mais toujours à même de pérorer sur un plateau, reste donc éminemment enviable.

Mais surtout Copé, qui n’a sans doute pas bien lu Girard, s’il l’a vraiment lu, oublie que la victime émissaire n’est, chez Girard, nullement innocente. Elle est désignée, certes, de façon arbitraire mais elle fait partie de la horde dévorante et aurait avec joie participé à la fête générale si une autre victime avait été choisie. La victime est littéralement partie prenante au massacre, parfois même comme Oedipe, convaincue de sa propre culpabilité. Elle n’a pas un statut supérieur aux autres, elle ne détient aucune vérité : elle a juste manqué de bol.

La seule victime innocente, pour Girard, c’est le Christ. Pour les autres, le simple fait de se croire, comme Jean-François Copé, différent des autres, séparé, innocent, incapable de faire le mal, de trahir est un très fort indice d’appartenance à la meute. C’est Pierre, qui a déclaré qu’il ne renierait jamais Jésus – et pour Girard, parce qu’il l’a déclaré, qui justement le renie avant que le coq ne chante trois fois.

Pour Girard, ce meurtre originel est fondateur de toute culture. Nous noterons simplement qu’il ne semble pas avoir augmenté la culture de Jean-François Copé.

Copé a aussi cité, pour preuve de sa grande sincérité, ces vers du misanthrope:

« Votre chaleur pour lui tombe en vous séparant,
Et vous me le traitez, à moi, d’indifférent.
Morbleu : Sorte de jurement en usage
même parmi les gens de bon ton.
Morbleu ! C’est une chose indigne, lâche, infâme,
De s’abaisser ainsi jusqu’à trahir son âme »

Mais Copé n’a visiblement pas bien lu Molière non plus, s’il l’a vraiment lu. Car ce que la pièce met en évidence, c’est que le misanthrope n’est qu’un accablant donneur de leçons, qui se leurre lui-même sur sa soi-disant sincérité. Célimène, le personnage de loin le plus brillant de la pièce, montre qu’il n’est qu’un snob qui se cache et que sa prétendue misanthropie n’est qu’une posture.

« Il penserait paraître un homme du commun,
Si l’on voyait qu’il fût de l’avis de quelqu’un.
L’honneur de contredire a pour lui tant de charmes,
Qu’il prend contre lui-même assez souvent les armes ;
Et ses vrais sentiments sont combattus par lui,
Aussitôt qu’il les voit dans la bouche d’autrui
. »

Son snobisme est de nature profondément mimétique, au sens Girardien du terme (VRAIMENT Girardien, cette fois-ci). Au lieu de copier le désir d’autrui, le misanthrope l’inverse, ce qui est exactement la même chose et il se cache à lui-même cette dépendance aux autres. Ce n’est pas un hasard si Girard a découvert sa théorie sur le désir mimétique dans quelques grandes œuvres de la littérature.

Le misanthrope, sous le coup du désespoir il est vrai, pousse même la bassesse d’âme jusqu’à tenter de corrompre Célimène et lui demande de lui mentir, ce qu’elle refuse:

« Efforcez-vous ici de paraître fidèle,
Et je m’efforcerai, moi, de vous croire telle. »

Bref, si on s’en tient aux déclarations de Jean-François Copé, il est difficile de savoir s’il a changé ou pas. Il est facile, cependant, de prouver qu’il n’a pas compris les oeuvres qu’il cite.

Billets associés :
del.icio.us:Copé, la victime émissaire et le misanthrope digg:Copé, la victime émissaire et le misanthrope spurl:Copé, la victime émissaire et le misanthrope wists:Copé, la victime émissaire et le misanthrope simpy:Copé, la victime émissaire et le misanthrope newsvine:Copé, la victime émissaire et le misanthrope blinklist:Copé, la victime émissaire et le misanthrope furl:Copé, la victime émissaire et le misanthrope reddit:Copé, la victime émissaire et le misanthrope fark:Copé, la victime émissaire et le misanthrope blogmarks:Copé, la victime émissaire et le misanthrope Y!:Copé, la victime émissaire et le misanthrope smarking:Copé, la victime émissaire et le misanthrope magnolia:Copé, la victime émissaire et le misanthrope segnalo:Copé, la victime émissaire et le misanthrope gifttagging:Copé, la victime émissaire et le misanthrope


Sur Onfray, sans l’avoir lu 25 avril 2010

Par Thierry Klein dans : Critiques.
Lu 5 069 fois | 3 commentaires

Si je comprends bien, Onfray critique Freud et crée un sorte d’événement en affirmant que « la psychanalyse ne fournit aucune vérité universelle« . Mais ceci est une évidence, connue depuis Popper, qui a écarté la psychanalyse du champ des sciences en montrant qu’elle faisait partie des théories non réfutables.

Consulté par le comité Nobel, Einstein ne soutint pas la nomination de Freud au Prix Nobel de Médecine et répondit lui aussi qu’il était incapable de dire si la psychanalyse était ou non vraie.

En fait, tout cela n’a pas grande importance.

Quel que soit le degré de vérité des « résultats » de la psychanalyse, Freud a posé les jalons d’un nouveau champ d’exploration de l’être humain, d’une discipline nouvelle.

On peut comparer son œuvre à celle d’Aristote, pour la physique. Avec 2000 ans de recul, il est clair qu’Aristote s’est trompé sur presque tout. Presque tout ! Pourquoi donc le lit-on encore aujourd’hui ? Parce que ce qui est le plus intéressant, c’est la méthode qu’il invente pour arriver au résultat (ce qu’on appelle aujourd’hui la physique, ou la science) et la façon dont il avance, pose les termes, sépare les concepts – tout ce qu’on appelle la démarche.

Aristote ne publie presque que des erreurs mais il donne un cadre à tous les scientifiques qui viennent après lui, dont il devient la référence presqu’unique. Sans Aristote, pas de Galilée (c’est Galilée lui-même qui lui rend constamment hommage, bien qu’inversant totalement ses résultats), pas de Newton pas de physique moderne. Il est faux de dire que Galilée infirme Aristote; en fait, il redécouvre Aristote et, le premier en 2000 ans, le prolonge.

Pendant 2000 ans, le génie d’Aristote stupéfie littéralement tous ceux qui s’y frottent. L’œuvre est tellement géniale, tellement en avance, que ceux qui l’étudient en sont réduits à la paraphraser de façon jargonneuse (voir les médecins de Molière) et la science devient une sorte de religion, de secte, dont Aristote aurait écrit la Bible. Critiquer Aristote tient littéralement du blasphème, comme Galilée en fera l’amère expérience.

Vous noterez l’analogie avec ce qui se passe pour la psychanalyse. L’œuvre de Freud est absolument géniale, je n’ai aucun doute là-dessus (et si je n’ai jamais lu Onfray, j’ai bien lu tout Freud).

L’œuvre est totalement saisissante, mais il absolument possible que tout, ou presque tout, soit faux dans les résultats de Freud. Il faudra peut être des centaines d’années pour qu’on en fasse quelque chose de réellement scientifique, pour qu’on obtienne des résultats. Peut-être même n’en sortira-t-il jamais rien car rien ne prouve que le psychisme humain soit réductible à une théorie scientifique, comme l’est le mouvement des planètes.

En attendant, des mouvements sectaires se sont emparé de la psychanalyse et jargonnent à qui mieux mieux (voir les réponses involontairement comiques de Julia Kristeva à Michel Onfray dans le Nouvel Observateur de cette semaine). Les descendants de Freud ont créé leurs chapelles (Freudiens, Lacaniens…) et suivent aveuglément la parole du Maître, à défaut de pouvoir la comprendre puisqu’elle n’est pas, à ce stade, réfutable. Et ils jetteront l’anathème sur le premier qui tirera un vrai résultat de la psychanalyse, exactement comme cela s’est passé pour Galilée et pour les mêmes raisons.

Reste que les concepts posés par Freud, la méthode, la démarche, l’art inspirent aujourd’hui même ses critiques les plus virulents. Quand Onfray dénonce, toujours dans le Nouvel Obs, « une théorie universellement valable en vertu de la seule extension du désir de Freud à la totalité du monde » ou « le fait que le complexe d’Oedipe explique toute la passion incestueuse que Freud manifeste dans la totalité de sa vie« , se rend-il seulement compte que c’est l’œuvre de Freud, et elle seule, qui lui permet de poser ce diagnostic (et qu’en outre, c’est dommage pour lui, il jargonne comme un Freudien de pure souche) ?

Billets associés :
del.icio.us:Sur Onfray, sans l'avoir lu digg:Sur Onfray, sans l'avoir lu spurl:Sur Onfray, sans l'avoir lu wists:Sur Onfray, sans l'avoir lu simpy:Sur Onfray, sans l'avoir lu newsvine:Sur Onfray, sans l'avoir lu blinklist:Sur Onfray, sans l'avoir lu furl:Sur Onfray, sans l'avoir lu reddit:Sur Onfray, sans l'avoir lu fark:Sur Onfray, sans l'avoir lu blogmarks:Sur Onfray, sans l'avoir lu Y!:Sur Onfray, sans l'avoir lu smarking:Sur Onfray, sans l'avoir lu magnolia:Sur Onfray, sans l'avoir lu segnalo:Sur Onfray, sans l'avoir lu gifttagging:Sur Onfray, sans l'avoir lu


BHL à « On n’est pas couché ». 14 février 2010

Par Thierry Klein dans : Critiques.
Lu 3 749 fois | 1 commentaire

J’ai lu 4 ou 5 livres de Bernard-Henri Levy – tous mauvais, mal écrits, superficiels et, ce qui ne pardonne pas pour moi, lourds.

Mais à chaque fois que je le vois à la télé, il y est excellent, intéressant, parfois même profond – et reste assez léger.

Il n’y aurait pas grand chose à reprocher à BHL s’il ne cherchait pas à s’intituler philosophe ou écrivain (jamais je n’ai vu un tel décalage entre l’écrit et l’oral !).

Billets associés :
del.icio.us:BHL à  digg:BHL à  spurl:BHL à  wists:BHL à  simpy:BHL à  newsvine:BHL à  blinklist:BHL à  furl:BHL à  reddit:BHL à  fark:BHL à  blogmarks:BHL à  Y!:BHL à  smarking:BHL à  magnolia:BHL à  segnalo:BHL à  gifttagging:BHL à


L’hypothèse Zemmour : l’homme dont le principe est la laideur 26 mai 2009

Par Thierry Klein dans : Critiques,Politique.
Lu 21 065 fois | 23 commentaires

J’aime beaucoup les émissions de Laurent Ruquier, que ce soit à la radio ou à la télé. Je ne loupe jamais les interventions critiques ou politiques d’Eric Zemmour le samedi soir.

La grande qualité de Laurent Ruquier : il s’entoure de gens intéressants et complémentaires dont il ne partage pas forcément les idées (le grand défaut de Ruquier: ses calembours foireux !).

Zemmour déclenche des réactions exacerbées parce qu’il est d’une rare agressivité sur un plateau télé et parce que, très souvent, ses prises de position ou ses remarques sont considérées comme non politiquement correctes – ce n’est pas toujours le cas, j’y reviendrai.

Mais il faut arrêter les contre-vérités sur Zemmour, que je trouve un peu partout en tapant « Zemmour » sur Google. Ce n’est pas un facho, pas un type d’extrême-droite, pas un raciste. Quoi qu’on pense de ses thèses, je ne l’ai jamais vu déraper en plusieurs dizaines d’émissions, ce qui est en fait assez exceptionnel.

(suite…)

Billets associés :
del.icio.us:L'hypothèse Zemmour : l'homme dont le principe est la laideur digg:L'hypothèse Zemmour : l'homme dont le principe est la laideur spurl:L'hypothèse Zemmour : l'homme dont le principe est la laideur wists:L'hypothèse Zemmour : l'homme dont le principe est la laideur simpy:L'hypothèse Zemmour : l'homme dont le principe est la laideur newsvine:L'hypothèse Zemmour : l'homme dont le principe est la laideur blinklist:L'hypothèse Zemmour : l'homme dont le principe est la laideur furl:L'hypothèse Zemmour : l'homme dont le principe est la laideur reddit:L'hypothèse Zemmour : l'homme dont le principe est la laideur fark:L'hypothèse Zemmour : l'homme dont le principe est la laideur blogmarks:L'hypothèse Zemmour : l'homme dont le principe est la laideur Y!:L'hypothèse Zemmour : l'homme dont le principe est la laideur smarking:L'hypothèse Zemmour : l'homme dont le principe est la laideur magnolia:L'hypothèse Zemmour : l'homme dont le principe est la laideur segnalo:L'hypothèse Zemmour : l'homme dont le principe est la laideur gifttagging:L'hypothèse Zemmour : l'homme dont le principe est la laideur


La fin d’une illusion 10 mai 2009

Par Thierry Klein dans : Critiques,Littérature.
Lu 5 438 fois | 4 commentaires

Inventé il y a peu plus de cent ans, le cinématographe est le plus souvent associé au cinéma en tant que nouveau moyen d’expression culturelle.

Mais qu’en est-il réellement ? L’audiovisuel a certes pris une place majeure dans le monde moderne mais il constitue avant tout le principal vecteur de l’abêtissement général (à travers la publicité et la télévision).

Le cinéma qui promettait, le nouveau moyen d’expression culturel (sans même parler du cinéma en tant que nouvelle forme artistique) a presque totalement disparu. Il n’a pas été tué par la censure (communisme, maccarthysme), mais par son propre avatar, la publicité télé qui, au nom de l’endoctrinement du consommateur, coupe littéralement les oeuvres.

(Berlusconi aura finalement, sous cet aspect, été bien plus efficace que Staline).

Billets associés :
del.icio.us:La fin d'une illusion digg:La fin d'une illusion spurl:La fin d'une illusion wists:La fin d'une illusion simpy:La fin d'une illusion newsvine:La fin d'une illusion blinklist:La fin d'une illusion furl:La fin d'une illusion reddit:La fin d'une illusion fark:La fin d'une illusion blogmarks:La fin d'une illusion Y!:La fin d'une illusion smarking:La fin d'une illusion magnolia:La fin d'une illusion segnalo:La fin d'une illusion gifttagging:La fin d'une illusion


Comment la BNP rend un match de tennis obscène 7 mars 2009

Par Thierry Klein dans : Critiques,Humeur,Sport.
Lu 4 107 fois | 3 commentaires

Orange MecaniqueUne nouveauté inaugurée aujourd’hui sur France 2 pour la Coupe Davis: les ralentis démarrent et se terminent par une petite animation BNP, quasi-subliminale, de 2 secondes. Presqu’un ralenti à chaque point, cela va faire pas moins de 600 animations BNP à subir.

Avec la BNP et France 2, c’est Orange Mécanique tous les week-ends et sans interdiction pour les mineurs.

(Et alors que tout le monde hurle à la mort sur un site confidentiel qui ose proposer des corrections de devoir payant – pas très glorieux mais pas bien dangereux – il n’y a sans doute que sur ce blog que vous entendrez parler de cette réelle, obscène et très efficace initiative pour prendre le contrôle de votre esprit disponible; comme quoi, la pub, c’est vraiment l’opium du peuple !)

Billets associés :
del.icio.us:Comment la BNP rend un match de tennis obscène digg:Comment la BNP rend un match de tennis obscène spurl:Comment la BNP rend un match de tennis obscène wists:Comment la BNP rend un match de tennis obscène simpy:Comment la BNP rend un match de tennis obscène newsvine:Comment la BNP rend un match de tennis obscène blinklist:Comment la BNP rend un match de tennis obscène furl:Comment la BNP rend un match de tennis obscène reddit:Comment la BNP rend un match de tennis obscène fark:Comment la BNP rend un match de tennis obscène blogmarks:Comment la BNP rend un match de tennis obscène Y!:Comment la BNP rend un match de tennis obscène smarking:Comment la BNP rend un match de tennis obscène magnolia:Comment la BNP rend un match de tennis obscène segnalo:Comment la BNP rend un match de tennis obscène gifttagging:Comment la BNP rend un match de tennis obscène


Parler d’humanitaire, toujours une hypocrisie. 4 octobre 2008

Par Thierry Klein dans : Critiques.
Lu 4 353 fois | 4 commentaires

Pour la première fois de ma vie, j’ai dû tenir, vendredi dernier, un discours humanitaire. C’est beaucoup plus difficile que ça en a l’air. J’ai passé 2 jours complets à préparer quelque chose et rien, strictement rien n’est venu (d’habitude, il me faut tout au plus 2 h pour écrire une intervention).

La principale difficulté, c’est que d’habitude, j’en appelle à la raison du public plutôt qu’à l’émotion. J’ai la plus grande méfiance envers les gens qui utilisent l’émotion pour faire passer leur point de vue: en règle générale, je trouve ça facile, déplacé, indigne ou vulgaire (c’est selon).

Surtout, c’est souvent une manipulation du public et je trouve que notre époque souffre énormément de ce besoin affiché partout de faire passer de l’émotion à tort et à travers (appelons ça le syndrôme StarAc).

Il y a une grande part de raison, dans le Capital Altruiste mais évidemment aussi une part d’émotion à faire passer.

J’avais besoin, par exemple, d’expliquer ce que signifient les gorilles (puisque des amis me reprochent d’avoir choisi une cause mineure). Les gorilles ont évidemment un côté symbolique: comme les éléphants de Gary, le Poisson du Vieil Homme ou la Baleine, ils représentent l’Humanité tout entière et c’est justement par souci d’universalité que je les ai choisis.

Mais ils y a aussi un côté purement sentimental, ce sont des animaux très proches de nous dans le comportement, dont je parle à mes enfants, qui ont un regard humain – bref, une partie du choix ne repose que sur le « coeur » et j’aurais du mal à me défendre face à quelqu’un qui m’accuserait de pure sensiblerie.

Au royaume de la raison pure, il n’y a pas photo, ce sont toujours les causes sérieuses qui gagnent. Mais la raison pure nous a mené aussi à tous les holocaustes, au Fordisme, au communisme, au nazisme… Bref, il me semble que l’Humanité n’a plus trop à espérer de la Raison Pure. Le matérialisme a déjà largement assez donné.

J’ai envie d’essayer les sentiments, pour changer.

Tout ça peut s’écrire (la preuve !). Mais j’espère que vous sentez le côté assez grandiloquent, incongru, déplacé qu’il y aurait à tenir un tel discours en public (on en arrive à relier le destin de gorilles à celui de l’Humanité et au nazisme). Il faut effectuer un vrai travail d’acteur pour le prononcer de façon à faire passer l’émotion – faute de quoi il tomberait totalement à plat et nuirait à la cause même que j’essaie de défendre.

Or qu’est-ce qu’un acteur ? L’acteur est justement celui qui feint l’émotion à la place d’un autre (le personnage qu’il joue) et pour d’autres (le public). Aucune hypocrisie là-dedans si le public est au courant (ce qui est le cas dans une salle de théâtre ou de cinéma).

L’hypocrisie démarre lorsqu’on joue quelque chose alors que le public n’est pas prévenu, ce qui est le cas dans un discours puisque le public attend de la sincérité.

Dans le cas d’un discours humanitaire, vous avez donc le choix entre un mauvais discours ou un discours un peu hypocrite (car joué).

Le fait de jouer ne vous empêche nullement, parfois, de faire un mauvais discours (cf Ségolène Royal au Zénith la semaine dernière). Le fait de ne pas préparer n’empêche pas non plus toute hypocrisie (cf Bernard Tapie, qui est un improvisateur de génie – on peut parler d’acteur naturel).

Vendredi dernier, j’ai résolu le problème en organisant un petit débat sur le Capital Altruiste, débat qui a été finalement bien plus intéressant qu’un discours grâce à la présence de Marie-Noëlle Lienemann, mais je ne pourrai pas toujours m’en sortir ainsi.

Billets associés :
del.icio.us:Parler d'humanitaire, toujours une hypocrisie. digg:Parler d'humanitaire, toujours une hypocrisie. spurl:Parler d'humanitaire, toujours une hypocrisie. wists:Parler d'humanitaire, toujours une hypocrisie. simpy:Parler d'humanitaire, toujours une hypocrisie. newsvine:Parler d'humanitaire, toujours une hypocrisie. blinklist:Parler d'humanitaire, toujours une hypocrisie. furl:Parler d'humanitaire, toujours une hypocrisie. reddit:Parler d'humanitaire, toujours une hypocrisie. fark:Parler d'humanitaire, toujours une hypocrisie. blogmarks:Parler d'humanitaire, toujours une hypocrisie. Y!:Parler d'humanitaire, toujours une hypocrisie. smarking:Parler d'humanitaire, toujours une hypocrisie. magnolia:Parler d'humanitaire, toujours une hypocrisie. segnalo:Parler d'humanitaire, toujours une hypocrisie. gifttagging:Parler d'humanitaire, toujours une hypocrisie.


A quoi sert l’Ademe (si Kafka n’existait pas, il faudrait l’inventer). 2 octobre 2008

Par Thierry Klein dans : Critiques.
Lu 14 153 fois | 8 commentaires

Absence remarquée de tout représentant de l’Ademe lors de l’inauguration du Capital Altruiste. L’Ademe a pourtant été contactée à de multiples reprises par mail, téléphone, etc…

Contacter quelqu’un à l’Ademe aurait été une grande source d’inspiration supplémentaire pour un type comme Kafka. On ne répond pas à vos mails ou alors, après deux semaines, on vous renvoie vers d’autres personnes qui ne vous répondent pas non plus. Donc vous laissez des messages (car les portables sont dispos sur le site comme si l’Ademe était l’organisation la plus transparente et la plus interactive au monde). Simplement, laisser un message ne sert à RIEN: je suppose qu’ils ont embauché des gens rien que pour effacer les répondeurs, tellement il doit y en avoir, des messages.

Parfois, vous avez un bout de communication avec une personne dont vous n’aurez visiblement jamais l’honneur de voir le visage – au moins serez-vous rassuré, l’Ademe n’est pas uniquement constituée d’un central téléphonique et d’un serveur mail défaillant; il y a de vrais humains de chair et de sang, (en tous cas de vraies voix) à l’autre bout.

La dernière fois que j’ai parlé à quelqu’un de l’Ademe au téléphone, il m’a demandé d’envoyer un Business plan de 5 pages, il a refusé d’aller voir de quoi il s’agissait en ligne au prétexte qu’il n’allait pas voir « tout ce qui se trouve sur le Web » et m’a signalé que son emploi du temps était réservé plus de 4 mois à l’avance car il était « évidemment très occupé ». Selon toute probabilité, j’aurai d’ici là .rencontré le Ministre de l’Ecologie, dont l’emploi du temps ressemble à un gruyère par-rapport à celui des représentants régionaux de l’Ademe.

C’est normal, lui, il n’a vraiment rien d’important à faire, Borloo.

Personne n’a su m’indiquer à ce jour comment les scooters électriques pouvaient bénéficier de l’incitation « écologique » de 400 € à l’achat dont parle le (magnifique) site de l’Ademe. C’est gratiné d’obtenir le dossier, je n’ose imaginer combien ça l’est de le remplir. Si vous y avez réussi sans sombrer dans la dépression, contactez-moi. Je vous promets de graver l’ensemble de la procédure dans le marbre pour l’édification des générations futures.

Une autre perle qui me revient. Les aides que donne l’Ademe lorsque vous investissez dans des panneaux solaires sont quantifiées en fonction de la puissance de votre installation et couvrent alors à peu près 50% du devis de l’installateur.

Vous n’aurez une aide que si vous passez par un installateur agréé et ceux-ci sont rares, en tous cas dans le Nord, car remplir la paperasse est d’une complexité que n’aurait pas reniée l’Union soviétique – bref, savoir remplir le dossier Ademe est un vrai avantage compétitif pour un entrepreneur !

Résultat, il m’a été IMPOSSIBLE d’obtenir un devis détaillé, poste par poste, pour mon installation. Tous les entrepreneurs agréés contactés me donnent un devis global, en fonction de la puissance demandée, sans accepter de rentrer dans les détails (combien pour le panneau solaire, la toiture, la main d’oeuvre, etc..).

Puis à partir du prix global, ils déduisent la subvention Adème.

Pour voir ce qu’il en était, j’ai fait faire un devis par un installateur Allemand (qui lui m’a fait un devis poste par poste, panneaux, pose, lien au réseau, etc…). Eh bien, le devis était un peu moins cher que le devis français après déduction de la subvention Ademe !

Ce qui veut dire quoi ? Grâce à l’Ademe, on retarde le solaire et on permet à quelques entrepreneurs de se faire des couilles en or avec les subventions mal gérées (c’est-à-dire nos impôts).

Billets associés :
del.icio.us:A quoi sert l'Ademe (si Kafka n'existait pas, il faudrait l'inventer). digg:A quoi sert l'Ademe (si Kafka n'existait pas, il faudrait l'inventer). spurl:A quoi sert l'Ademe (si Kafka n'existait pas, il faudrait l'inventer). wists:A quoi sert l'Ademe (si Kafka n'existait pas, il faudrait l'inventer). simpy:A quoi sert l'Ademe (si Kafka n'existait pas, il faudrait l'inventer). newsvine:A quoi sert l'Ademe (si Kafka n'existait pas, il faudrait l'inventer). blinklist:A quoi sert l'Ademe (si Kafka n'existait pas, il faudrait l'inventer). furl:A quoi sert l'Ademe (si Kafka n'existait pas, il faudrait l'inventer). reddit:A quoi sert l'Ademe (si Kafka n'existait pas, il faudrait l'inventer). fark:A quoi sert l'Ademe (si Kafka n'existait pas, il faudrait l'inventer). blogmarks:A quoi sert l'Ademe (si Kafka n'existait pas, il faudrait l'inventer). Y!:A quoi sert l'Ademe (si Kafka n'existait pas, il faudrait l'inventer). smarking:A quoi sert l'Ademe (si Kafka n'existait pas, il faudrait l'inventer). magnolia:A quoi sert l'Ademe (si Kafka n'existait pas, il faudrait l'inventer). segnalo:A quoi sert l'Ademe (si Kafka n'existait pas, il faudrait l'inventer). gifttagging:A quoi sert l'Ademe (si Kafka n'existait pas, il faudrait l'inventer).