jump to navigation

Copé, la victime émissaire et le misanthrope 3 mars 2016

Par Thierry Klein dans : Critiques,Politique,René Girard.
Lu 2 584 fois | ajouter un commentaire

Copé s’est abondamment présenté, sur tous les plateaux télé, comme une « victime innocente, un bouc émissaire » en précisant bien lourdement qu’il entendait ces termes au sens de René Girard. Pour Girard, les hommes, soumis au désir mimétique, ont tendance à expulser la violence à certains moments de leur histoire en désignant arbitrairement une victime émissaire, en la tuant, puis en la divinisant car, le meurtre de la victime ayant miraculeusement ramené le calme dans les rangs, des pouvoirs surnaturels lui sont ensuite attribués.

Dans les peuplades primitives, la victime émissaire était probablement dépecée et mangée, et le sort de Copé, exclu de l’UMP certes, mais toujours à même de pérorer sur un plateau, reste donc éminemment enviable.

Mais surtout Copé, qui n’a sans doute pas bien lu Girard, s’il l’a vraiment lu, oublie que la victime émissaire n’est, chez Girard, nullement innocente. Elle est désignée, certes, de façon arbitraire mais elle fait partie de la horde dévorante et aurait avec joie participé à la fête générale si une autre victime avait été choisie. La victime est littéralement partie prenante au massacre, parfois même comme Oedipe, convaincue de sa propre culpabilité. Elle n’a pas un statut supérieur aux autres, elle ne détient aucune vérité : elle a juste manqué de bol.

La seule victime innocente, pour Girard, c’est le Christ. Pour les autres, le simple fait de se croire, comme Jean-François Copé, différent des autres, séparé, innocent, incapable de faire le mal, de trahir est un très fort indice d’appartenance à la meute. C’est Pierre, qui a déclaré qu’il ne renierait jamais Jésus – et pour Girard, parce qu’il l’a déclaré, qui justement le renie avant que le coq ne chante trois fois.

Pour Girard, ce meurtre originel est fondateur de toute culture. Nous noterons simplement qu’il ne semble pas avoir augmenté la culture de Jean-François Copé.

Copé a aussi cité, pour preuve de sa grande sincérité, ces vers du misanthrope:

« Votre chaleur pour lui tombe en vous séparant,
Et vous me le traitez, à moi, d’indifférent.
Morbleu : Sorte de jurement en usage
même parmi les gens de bon ton.
Morbleu ! C’est une chose indigne, lâche, infâme,
De s’abaisser ainsi jusqu’à trahir son âme »

Mais Copé n’a visiblement pas bien lu Molière non plus, s’il l’a vraiment lu. Car ce que la pièce met en évidence, c’est que le misanthrope n’est qu’un accablant donneur de leçons, qui se leurre lui-même sur sa soi-disant sincérité. Célimène, le personnage de loin le plus brillant de la pièce, montre qu’il n’est qu’un snob qui se cache et que sa prétendue misanthropie n’est qu’une posture.

« Il penserait paraître un homme du commun,
Si l’on voyait qu’il fût de l’avis de quelqu’un.
L’honneur de contredire a pour lui tant de charmes,
Qu’il prend contre lui-même assez souvent les armes ;
Et ses vrais sentiments sont combattus par lui,
Aussitôt qu’il les voit dans la bouche d’autrui
. »

Son snobisme est de nature profondément mimétique, au sens Girardien du terme (VRAIMENT Girardien, cette fois-ci). Au lieu de copier le désir d’autrui, le misanthrope l’inverse, ce qui est exactement la même chose et il se cache à lui-même cette dépendance aux autres. Ce n’est pas un hasard si Girard a découvert sa théorie sur le désir mimétique dans quelques grandes œuvres de la littérature.

Le misanthrope, sous le coup du désespoir il est vrai, pousse même la bassesse d’âme jusqu’à tenter de corrompre Célimène et lui demande de lui mentir, ce qu’elle refuse:

« Efforcez-vous ici de paraître fidèle,
Et je m’efforcerai, moi, de vous croire telle. »

Bref, si on s’en tient aux déclarations de Jean-François Copé, il est difficile de savoir s’il a changé ou pas. Il est facile, cependant, de prouver qu’il n’a pas compris les oeuvres qu’il cite.

Billets associés :
del.icio.us:Copé, la victime émissaire et le misanthrope digg:Copé, la victime émissaire et le misanthrope spurl:Copé, la victime émissaire et le misanthrope wists:Copé, la victime émissaire et le misanthrope simpy:Copé, la victime émissaire et le misanthrope newsvine:Copé, la victime émissaire et le misanthrope blinklist:Copé, la victime émissaire et le misanthrope furl:Copé, la victime émissaire et le misanthrope reddit:Copé, la victime émissaire et le misanthrope fark:Copé, la victime émissaire et le misanthrope blogmarks:Copé, la victime émissaire et le misanthrope Y!:Copé, la victime émissaire et le misanthrope smarking:Copé, la victime émissaire et le misanthrope magnolia:Copé, la victime émissaire et le misanthrope segnalo:Copé, la victime émissaire et le misanthrope gifttagging:Copé, la victime émissaire et le misanthrope


René Girard, Kundera, Galilée et le Progrès : l’avenir imprévu d’une illusion 6 novembre 2015

Par Thierry Klein dans : René Girard.
Lu 2 948 fois | ajouter un commentaire

Il avait été finalement, bien tardivement, élu à l’Académie française. Mais il n’a jamais pu enseigner en France. Dès le départ, il faut donc signaler ceci: l’Université française a fait subir à René Girard ce que l’inquisition catholique n’a jamais imposé à Galilée – une censure quasi totale.

Un des grands découvreurs de l’Humanité, au même titre que Newton ou que Freud, a finalement enseigné à Stanford où j’ai eu la chance, au début des années 90, de suivre quelques uns de ses cours. Son oeuvre écrite est extrêmement claire et articulée autour de quelques découvertes fondamentales, telles que le désir mimétique ou les mécanismes victimaires à l’oeuvre dans la violence. C’est un des seuls grands penseurs modernes qu’on peut lire presque sans aucune référence et sans explication externe. Vous ne pouvez pas faire ça, par exemple, avec Freud qui invoque à tout moment « l’expérience thérapeutique », ni avec Bourdieu, Derrida ou Lacan qui, sans formation préalable appropriée (et parfois même avec !), sont presqu’incompréhensibles.

« La Violence et le sacré » et « Des choses cachées depuis la fondation du monde » exposent l’essentiel de ses théories tout en effectuant une lecture critique et comparative de la psychanalyse, de l’anthropologie et des religions. Les autres œuvres philosophiques seront ensuite des variations sur les mêmes thèmes ou des illustrations de ces thèmes. Pour ceux qui s’intéressent à la littérature, René Girard est l’auteur d’un des meilleurs livres jamais écrits sur le roman « Mensonge romantique et Vérité Romanesque » et du meilleur livre que j’ai pu lire sur Shakespeare « Les feux de l’Envie ». « Mensonge romantique », où il découvre à travers la littérature le désir mimétique et le lyrisme romantique (que Kundera appellera plus tard « le Kitsch »), est une analyse structurale comparative de quelques grands romans (de Don Quichotte à Flaubert) que vous ne lirez plus jamais de la même façon après Girard. « Les feux de l’Envie » est une recherche systématique brillantissime des “indices” de la théorie mimétique dans l’oeuvre de Shakespeare et de Joyce.

Le renversement de la preuve religieuse

René Girard, c’est surtout celui qui “renverse la charge de la preuve” en matière de religion dans notre monde moderne. Dans “L’avenir d’une illusion“, Freud montre le lien entre toutes les religions : elles sont des illusions. Le sorcier qui danse pour faire pleuvoir est dans l’illusion (même s’il pleut après sa danse, le lien entre la danse et la pluie qui s’ensuit ne peut être scientifiquement établi). Une “illusion” n’est pas une “erreur”. Vous ne pouvez pas, vous non plus, montrer que le sorcier n’a pas fait pleuvoir. Mais une fois que Freud vous a parlé du sorcier dans la religion primitive, et rapproche son comportement de celui du croyant ou du prêtre dans les religions bibliques, vous constatez que tous sont indubitablement dans l’illusion et évidemment la crédibilité du croyant moderne en prend un sacré coup. Freud montre aussi que les religions sont bâties sur des histoires de meurtre qui fonctionnent exactement comme dans les mythes. Pas de raison, donc, d’y croire ni plus ni moins qu’on croit aux mythes.

L’entreprise de Freud est une des formes les plus réussies, au final, de dénigrement de toutes les religions, non pas en montrant l’inexistence de Dieu – cette inexistence est du domaine de l’indémontrable – mais en rapprochant de façon extrêmement éclairante les mécanismes communs à toutes les religions, ce qui rabaisse finalement les religions du Livre au rang de pure sorcellerie (avec forte tendance névrotique en sus).

Durant toute la durée du XXème siècle, la révélation freudienne a constitué la théorie la plus convaincante en matière d’interprétation du mécanisme religieux. Les esprits les plus éclairés, les plus indépendants ont été naturellement non religieux, un peu comme au XVIIème, les mêmes esprits étaient coperniciens. Ces mêmes esprits éclairés ont été aussi progressistes (Kundera rappelle que les communistes tchèques rassemblaient au départ la meilleure partie de la population du pays, la plus dynamique, la plus éclairée, la plus avancée). Opposition à l’Eglise, volonté de progrès, avance intellectuelle face à des esprits conservateurs la plupart du temps peu éclairés – tout ceci a été – et est encore – lié non seulement depuis Freud, mais depuis Galilée. Qu’on soit croyant ou pas, l’analyse de Freud s’impose à tout être pensant.

Mais René Girard, qui est un penseur “chrétien”, découvre alors la différence structurale fondamentale entre les religions tirées de la Bible et toutes les autres religions, ainsi que tous les mythes. Cette différence, c’est que les mythes (ou les “fausses” religions) se réduisent à des traces de meurtres ou de massacres racontés par les meurtriers (les “forts”), alors que la Bible effectue une révolution copernicienne en prenant dès l’origine (le meurtre d’Abel) le point de vue des faibles et en les défendant. La Bible et tous les mythes parlent bien de la même chose – comme Freud l’a montré – mais pas de la même façon. Et c’est ce point de vue qui rend les religions du Livre unique et les différencie du mythe. Qu’on soit croyant ou pas, l’analyse de Girard est incontestable et aujourd’hui, si vous êtes un intellectuel, vous êtes forcé de reconnaître qu’il y a une spécificité biblique (cette spécificité est particulièrement inconfortable à vivre si vous n’êtes pas croyant).

Bien sûr, vous trouverez toujours des intellectuels qui n’adhèrent pas à cette analyse, mais vous pouvez les ranger dans la même catégorie que ceux qui rejetaient Freud a priori sans l’avoir bien lu: ce sont, comme le “Simplicio” de Galilée, de purs conservateurs qui disent aimer la connaissance mais ne recherchent au fond que la confirmation de de leurs idées préétablies. Beaucoup d’intellectuels français sont dans ce cas (Najat Vallaud-Belkacem ne les traitera jamais de « pseudo-intellectuels », eux). On peut même parler de mouvance majoritaire – et c’est une des raisons pour laquelle la reconnaissance de René Girard a été si tardive et s’est d’abord effectuée à l’étranger.

D’une certaine façon, René Girard a lui-même amplifié le phénomène de rejet en revendiquant le caractère chrétien, voire hagiographique de son oeuvre, avec une certaine délectation de polémiste. Il y a d’ailleurs une évolution entre les premiers ouvrages, qui sont présentés comme des analyses objectives conduisant à une spécificité biblique mais où le côté apostolique de l’auteur est masqué et les ouvrages plus récents où l’aspect hagiographique est plus clairement revendiqué. En outre, l’analyse de Girard conduit à privilégier nettement la religion chrétienne parmi les religions bibliques car René Girard effectue une analyse très poussée et totalement originale de la Passion du Christ présenté comme un exemple particulièrement pur et “révélateur” de la position du Faible. Là encore, la force de l’analyse est indéniable et induit “mécaniquement ” le lecteur à une hiérarchisation des religions où la religion chrétienne serait une sorte d’aboutissement ultime de la religion juive. C’est une thèse classique de l’Eglise qui a conduit des milliers de juifs au bûcher où à la conversion forcée au moyen-âge. L’oeuvre de René Girard est donc naturellement revendiquée par les clans catholiques les plus conservateurs et bornés.

Si Galilée avait eu tort

Pour comprendre le monde d’aujourd’hui, on peut tenter d’imaginer ce qu’il serait devenu si Galilée avait eu tort. Il faut se souvenir que Galilée n’apportait nullement, à l’époque, la preuve de ses affirmations et que ses thèses étaient beaucoup plus contestées que ne l’est aujourd’hui, par exemple, la thèse du réchauffement climatique. Sur certains aspects, Galilée se « plantait » même royalement et ses « Dialogues sur les deux systèmes du monde » fourmillent de graves erreurs, sans parler de leur partialité qui lui a valu sa condamnation. Si Galilée, donc, avait eu scientifiquement tort, sa condamnation serait apparue comme justifiée et la science, ainsi que probablement les sciences humaines, se seraient durablement rangées du côté des religions. Les progressistes (je nomme ainsi tous ceux qui ont foi dans le Progrès, et je les oppose à ceux qui ont simplement espoir dans le Progrès ou qui sont réservés face au Progrès) seraient du côté des religions. Et tout ceci serait, somme toute, dans l’ordre naturel des choses, puisque le progressisme est une foi, c’est-à-dire de façon ultime une position religieuse.

Par opposition, aujourd’hui, les progressistes (ceux qui croient au sens de l’histoire) se situent avant tout à gauche et leur conviction est basée de façon ultime sur l’opposition à la religion, vécue comme un conservatisme (la religion est une illusion nocive, autrement dit, un opium). A droite, les libéraux croient aussi que le progrès est obtenu par le libre jeu du marché mais l’acteur ultime de cette pièce est « l’homo economicus », une sorte d’extra-terrestre improbable dont tous les choix sont de nature économique, autrement dit, un être sans Dieu.

Les notions de Progrès et de croyance sont devenues beaucoup plus fructueuses pour comprendre l’échiquier politique que les notions de droite et de gauche.

Les progressistes, qui se voient comme des opposants éclairés à toute religion, refoulent encore le côté religieux qui vit caché au plus profond d’eux, et une grande confusion en résulte. L’extrême-gauche, la gauche et la droite dite libérale, qui constituent l’essentiel de qu’on appelle « le front républicain » sont avant tout un « front progressiste ». Dans la famille des « conservateurs » (j’appelle ainsi ceux qui ne croient pas au progrès et je rappelle que cette non-croyance a priori, comme la croyance, reste une position religieuse), je nomme la plupart des Verts, une bonne partie de la Droite bonapartiste et le Front National. J’appelle « rationnels » tous ceux qui n’ont qu’une confiance limitée dans le progrès ou qui veulent simplement « jouer pour voir ». Les « rationnels » représentent la majorité des français : problème, ils sont minoritaires à l’intérieur de chaque parti.

Kundera, dans le livre du rire et de l’oubli

:

« Moi aussi, j’ai dansé dans la ronde. C’était en 1948, les communistes venaient de triompher… nous avions toujours quelque chose à célébrer, les injustices étaient réparées, les usines nationalisées, es milliers de gens allaient en prison, les soins médicaux étaient gratuits… Nous avions sur le visage quelque chose du bonheur… Puis un jour, j’ai dit quelque chose qu’il ne fallait pas dire, j’ai été exclu du parti et moi aussi, je suis sorti de la ronde. »

Si vous n’êtes pas « progressiste », l’inquisition vous rattrapera a coup sûr et vous serez traité de « conservateur » – l’injure suprême. Aujourd’hui, tous les rationnels sont perçus comme conservateurs et beaucoup croient même qu’ils le sont, exactement comme (exemple emprunté à Girard), certaines sorcières du moyen-âge étaient convaincues de l’être et donc approuvaient leur propre condamnation. Mais si la croyance de la sorcière en sa culpabilité tient de la pensée magique, elle ne rend pas la sorcière elle-même magique, ni coupable. De même (autre exemple emprunté à Girard), le fait qu’Oedipe croie en sa culpabilité ne le rend pas coupable. Oedipe est, au sens propre, « convaincu de sa culpabilité » mais l’idée qu’il soit, par exemple, responsable de l’épidémie de peste tient du magique. Girard voit ceci. Freud non.

La crise politique actuelle: l’incompréhension du fait que que le progressisme est une religion.

Billets associés :
del.icio.us:René Girard, Kundera, Galilée et le Progrès : l'avenir imprévu d'une illusion digg:René Girard, Kundera, Galilée et le Progrès : l'avenir imprévu d'une illusion spurl:René Girard, Kundera, Galilée et le Progrès : l'avenir imprévu d'une illusion wists:René Girard, Kundera, Galilée et le Progrès : l'avenir imprévu d'une illusion simpy:René Girard, Kundera, Galilée et le Progrès : l'avenir imprévu d'une illusion newsvine:René Girard, Kundera, Galilée et le Progrès : l'avenir imprévu d'une illusion blinklist:René Girard, Kundera, Galilée et le Progrès : l'avenir imprévu d'une illusion furl:René Girard, Kundera, Galilée et le Progrès : l'avenir imprévu d'une illusion reddit:René Girard, Kundera, Galilée et le Progrès : l'avenir imprévu d'une illusion fark:René Girard, Kundera, Galilée et le Progrès : l'avenir imprévu d'une illusion blogmarks:René Girard, Kundera, Galilée et le Progrès : l'avenir imprévu d'une illusion Y!:René Girard, Kundera, Galilée et le Progrès : l'avenir imprévu d'une illusion smarking:René Girard, Kundera, Galilée et le Progrès : l'avenir imprévu d'une illusion magnolia:René Girard, Kundera, Galilée et le Progrès : l'avenir imprévu d'une illusion segnalo:René Girard, Kundera, Galilée et le Progrès : l'avenir imprévu d'une illusion gifttagging:René Girard, Kundera, Galilée et le Progrès : l'avenir imprévu d'une illusion


« Je fais bien plus d’efforts que toi » 21 avril 2009

Par Thierry Klein dans : René Girard.
Lu 4 516 fois | 2 commentaires

Anorexie et Désir mimétiqueToujours dans ce petit livre d’entretiens avec Girard dont je vous parlais l’autre jour, et dont décidément je trouve que les meilleures parties ne sont pas de Girard, la mise en évidence par une psychiatre d’un schéma qui se reproduit dans les familles où une fille est anorexique:

Il y a une rivalité pour occuper le rôle de victime au sein du couple parental. Chaque partenaire joue le martyr en tentant de culpabiliser l’autre. Chacun se présente comme celui qui se sacrifie généreusement pour le bien de la famille.

Bref, il y a compétition entre les parents pour être plus victime que l’autre.

Je pense à mes grands-parents, qui se la jouaient sur le registre maître-esclave et à mes parents, qui sont plutôt dans un registre bourreau-victime.

La différence entre les deux, c’est le travail incomplet du féminisme, qui change les esprits avant de changer les habitudes. Mon grand-père acceptait son rôle de maître – et ma grand-mère celui d’esclave – de façon tout à fait naturelle.

Une génération plus tard, mes parents ne vivent pas dans la même inconscience. L’égalité de l’homme et de la femme leur semble une chose naturelle MAIS elle ne se traduit pas encore dans une égalité des rôles dans le couple. Il en résulte une mauvaise conscience comparable à celle du bourreau (chez l’homme) et victimisation (chez la femme).

La position du bourreau est moins enviable que celle du maître, et celle de la victime moins enviable que celle de l’esclave car leur degré de connaissance est supérieur. Quand vous opprimez, le plus confortable est de n’en rien savoir.

Parenthèse: Les seigneurs du moyen-âge n’avaient aucune mauvaise conscience quant au sort qu’ils faisaient subir aux serfs (la mauvaise conscience arrive avec Voltaire, Diderot, Beaumarchais). Aristote – et les esclavagistes américains – considéraient les esclaves comme des sous-hommes et c’était bien pratique pour eux. Considérer que les animaux sont « évidemment » des êtres inférieurs nés pour être exploités et tués est bien pratique pour nous au moment où nous coupons notre steak. Sans une certaine dose de bêtise, ce monde devient totalement invivable.

Encore une génération et dans un couple « moderne » comme le mien, c’est victime-victime.

Le travail du féminisme est terminé, il y a une plus grande égalité des rôles dans le couple, en accord avec les principes (si généreux) que nous admettons (presque) tous. Et ce qui en sort, c’est une victimisation réciproque et une comparaison permanente pour savoir qui fait quoi, et pourquoi, etc… Il y a lutte permanente pour tout puisqu’il n’y a plus aucune raison « rationnelle », admise par tous, pour rien.

L’anorexie naît des cas les plus extrêmes de cette lutte universelle à tous les couples. En ce sens, c’est une maladie éminemment moderne.

Et aussi : le monde moderne, c’est le monde où nous sommes tous victimes.

Billets associés :
del.icio.us: digg: spurl: wists: simpy: newsvine: blinklist: furl: reddit: fark: blogmarks: Y!: smarking: magnolia: segnalo: gifttagging:


Comment la publicité crée l’anorexie 10 avril 2009

Par Thierry Klein dans : Economie,René Girard.
Lu 7 537 fois | 4 commentaires

La télé a été introduite pour la première fois aux îles Fidji en 1995.

Jusqu’alors, la notion de régime était inconnue – la culture locale valorise les grosses. Mais en 1998, 74% des lycéennes se sentaient « trop grosses » et 69% avaient tenté de se mettre au régime. 11% avaient tenté de se faire vomir (0% en 1995).

D’un point de vue plus qualitatif, les filles interrogées cherchaient à « ressembler à Cindy Crawford » ou « aux élèves de Beverly Hill »…

J’ai trouvé ces informations dans un petit livre d’entretiens avec Girard nommé « Anorexie et désir mimétique » et c’est une très bonne illustration de mes billets sur la façon dont la Pub nous transforme, de façon inconsciente, de citoyens en consommateurs, à tel point que même la crise financière peut s’interpréter, de façon ultime, comme une conséquence mimétique de la publicité.

Billets associés :
del.icio.us:Comment la publicité crée l'anorexie digg:Comment la publicité crée l'anorexie spurl:Comment la publicité crée l'anorexie wists:Comment la publicité crée l'anorexie simpy:Comment la publicité crée l'anorexie newsvine:Comment la publicité crée l'anorexie blinklist:Comment la publicité crée l'anorexie furl:Comment la publicité crée l'anorexie reddit:Comment la publicité crée l'anorexie fark:Comment la publicité crée l'anorexie blogmarks:Comment la publicité crée l'anorexie Y!:Comment la publicité crée l'anorexie smarking:Comment la publicité crée l'anorexie magnolia:Comment la publicité crée l'anorexie segnalo:Comment la publicité crée l'anorexie gifttagging:Comment la publicité crée l'anorexie


Une explication mimétique de la crise financière (pourquoi nous sommes tous coupables) 22 janvier 2009

Par Thierry Klein dans : Crise Financière,Economie,René Girard.
Lu 28 262 fois | 17 commentaires

J’ai déjà expliqué pourquoi cette crise, qui est apparue d’abord comme une crise financière est d’abord une crise économique.

Depuis une trentaine d’années, les foyers américains se sont endettés pour consommer (1000 milliards de crédit-revolving en cours) et pour se loger (les subprimes, qui ont entraîné la faillite de Lehman, en septembre dernier).

L’endettement des foyers américains est une conséquence de la mondialisation, qui a mis le travailleur américain en concurrence avec la planète entière. Au début, il a tenté de s’adapter en utilisant le crédit, maintenant, il est au bout. Les capitaux peuvent s’évader, pas lui.

J’ai montré aussi comment la mondialisation a, dans le monde entier, privilégié le droit du consommateur au détriment de celui du travailleur et du citoyen. Le travail du dimanche, la fin des monopoles, l’augmentation du temps de travail, le travail des femmes… autant de réformes qui se sont faites au nom de l’intérêt du consommateur.

Or intérêt du consommateur et du travailleur s’opposent. Impitoyablement.

En achetant un nouveau téléviseur, je ne suis pas directement responsable de la fermeture de telle ou telle usine. Mais ce comportement, répété des milliers de fois pendant des dizaines d’années, a pour résultat final la délocalisation totale de presque toute l’industrie.

Nous vivons actuellement une situation de lutte des classes, mais à 3: actionnaire, travailleur et consommateur. Et le vrai méchant a changé: ce n’est plus le patronat, les 200 familles… C’est le consommateur, c’est à dire une partie de nous tous.

C’est psychologiquement moins confortable à admettre… Plus de coupable pratique et désigné. Le conflit est interne.

Le bras armé de cette lutte entre citoyen et consommateur a été la publicité (le marketing, pour faire large). C’est la Publicité qui nous fait voir le Monde sous l’angle du Consommateur, c’est la Publicité qui nous pousse, par des moyens toujours plus performants et sophistiqués, à consommer toujours plus, ce qui rend le monde plus précaire, le travailleur plus dépendant et “esclave” de son côté consommateur.

Tout le monde s’est méfié de la Religion, de la propagande politique. Mais personne ne s’est méfié de la Publicité, parce que ses objectifs sont a priori peu ambitieux. Qu’y a-t-il de mal à vouloir vendre plus de coca-cola, plus de voitures, de parfum ? Qui plus est, comme chacun sait, « moi, je ne suis pas particulièrement sensible à la pub ! ». (En fait, si nous avions plus l’impression d’y être sensibles, la publicité aurait moins d’effet sur nous. Cette insensibilité est contredite, minute après minute, par les milliards dépensés en pub par les entreprises.)

J’ai écrit alors que la publicité était l’opium du consommateur. L’objectif de cet article est de proposer une interprétation psychologique, presque physique du phénomène.

Comment en sommes-nous arrivés là ?

Le moteur de la (bonne) publicité, c’est l’identification. La publicité nous montre un modèle enviable (le cas d’école : un mannequin). Nous cherchons à lui ressembler. Son principe est mimétique et comme les molécules d’un gaz qu’on chauffe, les êtres humains, dans le monde entier, s’agitent de plus en plus, consomment de plus en plus, jusqu’à l’explosion sous l’influence toujours croissante de cette source d’excitation.

La publicité est extrêmement efficace (d’autant plus efficace, en fait, que dans la plupart des cas, nous décrétons que nous n’y sommes pas sensibles, ce qui fait que nous ne sommes pas protégés contre elle).

Elle est extrêmement efficace parce qu’elle apporte de l’énergie à un moteur qui, Girard l’a montré, est à la source des sociétés humaines : la rivalité mimétique.

Elle est extrêmement efficace parce qu’elle est devenue, en 50 ans, de plus en plus performante, intrusive et subliminale.

L’encart inséré dans une page de journal est devenue publicité radiophonique, puis télévisuelle son impact augmentant avec l’évolution des technologies de communication.

La société la plus emblématique des 10 dernières années, Google, est une régie publicitaire capable d’insérer dans des pages des liens presqu’invisibles mais de plus en plus pertinents et optimisés. La façon d’agir de Google est significative: peu importe à Google comment agissent les liens sponsorisés sur notre cerveau, mais Google cherche à optimiser cet effet en optimisant un taux de clic. En tout innocence, on arrive à une capacité d’influence remarquable et toujours croissante.

La publicité a pour conséquence de générer une impulsion d’achat, c’est-à-dire qu’elle masque l’intérêt profond, long terme du citoyen en le transformant en consommateur impulsif. Le citoyen troque littéralement ses droits contre un plat de lentilles.

Aujourd’hui, la publicité est partout et il est devenu impossible de lui échapper.

Elle s’est développée corrélativement à la mondialisation, qui peut se caricaturer en fait comme l’extension du modèle créé par Coca-Cola à la planète entière.

On ne comprend pas la crise actuelle si on ne voit pas que c’est avant tout une crise mimétique qui entraîne une surconsommation mondiale.

Quand on étudie, par exemple, la nature des dossiers de surendettement, on se rend compte que les cas les plus fréquents sont dûs à des erreurs de consommation (achats d’électronique, consommation téléphonique excessive, achat de maison) beaucoup plus qu’à une situation structurelle qui entraînerait la pauvreté.

Dans les cas les plus extrêmes, on voit, sur M6 l’autre soir, des jeunes femmes des pays de l’Est se prostituer le vendredi soir pour pouvoir sortir en Prada le samedi soir. Raccourci saisissant de la situation mondiale où les droits fondamentaux de la personne humaine sont troqués, volontairement, contre un droit à consommer un bien qui semble inutile.

Aux Etats-Unis, les consommateurs qui se sont endettés pour acheter leur maison ont eu un comportement d’avidité très similaire aux banquiers et recherchaient eux aussi l’enrichissement par des moyens financiers. Ils sont, psychologiquement, tout aussi coupables que les « initiés de la finance » dont parle Jacques Attali dans son analyse de la crise – évidemment, ils sont aussi beaucoup plus à plaindre.

Il est important de poser le problème de la surconsommation générale pour plusieurs raisons:

– ceux qui analysent le mieux la crise actuelle (Bob Reich, JA, Michel Rocard …) ont perçu le problème du surendettement, mais l’interprètent juste en terme d’appauvrissement structurel lié à la mondialisation. Or il y a aussi asservissement consumériste, qui ne se résoudra pas en relançant la consommation – au contraire – mais en diminuant les incitations à consommer.

– on a tendance à croire qu’on se sortira de la crise financière par des moyens qui s’opposent au Grenelle de l’environnement, plus généralement par des moyens qui retardent la lutte contre le réchauffement climatique, puisqu’on cherche à générer de la croissance.

Il n’en est rien. Réchauffement climatique et crise financière ont une cause commune: l’emballement de la consommation. Les méthodes pour résoudre les deux problèmes sont communes. C’est une très bonne nouvelle, si on s’en rend compte.

– Il sera très difficile aux Etats de lutter contre la crise. Les Etats agissent en général de façon très grossière avec assez peu de discernement. Or ici, il s’agit de changer de mode de consommation, de remplacer des dépenses par d’autres, bref, il faut investir de façon massive en maîtrisant très finement les dépenses.

Billets associés :
del.icio.us:Une explication mimétique de la crise financière (pourquoi nous sommes tous coupables) digg:Une explication mimétique de la crise financière (pourquoi nous sommes tous coupables) spurl:Une explication mimétique de la crise financière (pourquoi nous sommes tous coupables) wists:Une explication mimétique de la crise financière (pourquoi nous sommes tous coupables) simpy:Une explication mimétique de la crise financière (pourquoi nous sommes tous coupables) newsvine:Une explication mimétique de la crise financière (pourquoi nous sommes tous coupables) blinklist:Une explication mimétique de la crise financière (pourquoi nous sommes tous coupables) furl:Une explication mimétique de la crise financière (pourquoi nous sommes tous coupables) reddit:Une explication mimétique de la crise financière (pourquoi nous sommes tous coupables) fark:Une explication mimétique de la crise financière (pourquoi nous sommes tous coupables) blogmarks:Une explication mimétique de la crise financière (pourquoi nous sommes tous coupables) Y!:Une explication mimétique de la crise financière (pourquoi nous sommes tous coupables) smarking:Une explication mimétique de la crise financière (pourquoi nous sommes tous coupables) magnolia:Une explication mimétique de la crise financière (pourquoi nous sommes tous coupables) segnalo:Une explication mimétique de la crise financière (pourquoi nous sommes tous coupables) gifttagging:Une explication mimétique de la crise financière (pourquoi nous sommes tous coupables)


Pulp Fiction: trois rédemptions et un châtiment 11 juillet 2007

Par Thierry Klein dans : René Girard.
Lu 42 979 fois | 3 commentaires

Violence et humour cachent le fait que Pulp Fiction est une mise en scène quasiment didactique des thèses de René Girard sur la violence, la grâce et la rédemption. Le film est constitué de trois histoires presqu’indépendantes – le deuxième titre du film qui apparaît dans le générique est "Three stories about One story".

– Première histoire : Elle commence par une liquidation violente de trois petits malfrats par deux tueurs (Vincent Vega, joué par John Travolta et son collègue Jules) et se termine par un braquage dans une caféteria.

– Deuxième histoire: C’est le récit de la soirée passée entre Vincent Vega et Mia, la femme de Marsellus, patron de Vincent.

– Troisième histoire : Butch, le boxeur (Bruce Willis), arnaque Marsellus – un truand violent. En tentant d’échapper aux griffes de Marsellus, Butch tue Vincent Vega. Marsellus et Butch se retrouvent prisonniers d’une bande de sado-masochistes, dont ils finiront par se libérer, grâce à Butch.

La structure du film est cyclique. Les trois histoires sont présentées de façon intercalée. Le film commence par le braquage de la cafétaria et se termine par cette même scène – filmée deux fois, donc, mais pas à l’identique: les dialogues des personnages diffèrent entre le début et la fin du film, ce qui a son intérêt mais ne constitue pas le sujet de ce billet.

(suite…)

Billets associés :
del.icio.us:Pulp Fiction: trois rédemptions et un châtiment digg:Pulp Fiction: trois rédemptions et un châtiment spurl:Pulp Fiction: trois rédemptions et un châtiment wists:Pulp Fiction: trois rédemptions et un châtiment simpy:Pulp Fiction: trois rédemptions et un châtiment newsvine:Pulp Fiction: trois rédemptions et un châtiment blinklist:Pulp Fiction: trois rédemptions et un châtiment furl:Pulp Fiction: trois rédemptions et un châtiment reddit:Pulp Fiction: trois rédemptions et un châtiment fark:Pulp Fiction: trois rédemptions et un châtiment blogmarks:Pulp Fiction: trois rédemptions et un châtiment Y!:Pulp Fiction: trois rédemptions et un châtiment smarking:Pulp Fiction: trois rédemptions et un châtiment magnolia:Pulp Fiction: trois rédemptions et un châtiment segnalo:Pulp Fiction: trois rédemptions et un châtiment gifttagging:Pulp Fiction: trois rédemptions et un châtiment


Une critique de l’origine de la domestication et de l’agriculture selon René Girard 5 avril 2007

Par Thierry Klein dans : René Girard.
Lu 5 669 fois | 2 commentaires

Hypothèse de René Girard sur l’origine de la domestication animale (1) : « On a commencé à traiter les animaux comme des êtres humains afin de les sacrifier,en remplaçant les victimes humaines par des victimes animales ».

La principale raison avancée par René Girard pour justifier son hypothèse est que les théories existantes ne lui paraissent guère vraisemblables. En particulier, « le motif initial ne peut pas être l’avantage économique… contrairement à ce qu’imagine le rationalisme un peu court de Régis Debray dans son Feu Sacré. La domestication ne peut pas avoir été programmée ».

Sauf que le « motif économique immédiat » est absent d’énormément d’inventions humaines. Houellebecq définit l’homme comme un « animal ingénieux » est c’est un fait que son activité d’invention s’est déployée tous azimuts, l’intérêt économique de l’invention elle-même ayant un côté presque secondaire.

On reste rêveur devant l’acharnement mis par certains hommes à découvrir des choses totalement inutiles, je vais faire une petite liste évidemment non exhaustive :

  • le premier homme qui a appris à nager a dû mettre des semaines à réaliser quelque chose qui n’a aucun intérêt économique et qui au contraire présente un danger mortel
  • le premier homme qui a fait du chocolat a du préalablement manger des tonnes de cacao amer (quasiment inmangeable). Idem pour le premier sirop d’érable… Quelle mouche a donc piqué l’inventeur pour réaliser et tenter de manger ce sirop ? (Avec n’importe quel autre arbre, vous obtenez quelque chose d’inutilisable… La réalité, c’est que l’homme, en tant qu’espèce, a essayé tous les arbres, aussi incongru que cela puisse paraître. Et avec l’érable, il en a retiré quelque chose).

Bref, la recherche est une activité humaine naturelle, que nous justifions parfois par l’intérêt économique mais dont l’intérêt économique n’est en aucun cas la cause. L’explication fonctionnaliste est bien illusoire, mais cela ne justifie en rien l’hypothèse de Girard.
(suite…)

Billets associés :
del.icio.us:Une critique de l'origine de la domestication et de l'agriculture selon René Girard digg:Une critique de l'origine de la domestication et de l'agriculture selon René Girard spurl:Une critique de l'origine de la domestication et de l'agriculture selon René Girard wists:Une critique de l'origine de la domestication et de l'agriculture selon René Girard simpy:Une critique de l'origine de la domestication et de l'agriculture selon René Girard newsvine:Une critique de l'origine de la domestication et de l'agriculture selon René Girard blinklist:Une critique de l'origine de la domestication et de l'agriculture selon René Girard furl:Une critique de l'origine de la domestication et de l'agriculture selon René Girard reddit:Une critique de l'origine de la domestication et de l'agriculture selon René Girard fark:Une critique de l'origine de la domestication et de l'agriculture selon René Girard blogmarks:Une critique de l'origine de la domestication et de l'agriculture selon René Girard Y!:Une critique de l'origine de la domestication et de l'agriculture selon René Girard smarking:Une critique de l'origine de la domestication et de l'agriculture selon René Girard magnolia:Une critique de l'origine de la domestication et de l'agriculture selon René Girard segnalo:Une critique de l'origine de la domestication et de l'agriculture selon René Girard gifttagging:Une critique de l'origine de la domestication et de l'agriculture selon René Girard


René Girard, Freud et le Pape 14 avril 2005

Par Thierry Klein dans : René Girard.
Lu 7 663 fois | 1 commentaire

Je me suis promis de ne pas trop parler d’actualité dans mon blog mais je trouve ça intéressant, pour illustrer mon billet sur René Girard, de comparer les différents points de vue sur la mort du Pape.

Vision « freudienne » : on insiste sur les ressemblances avec le sacrifice.
(suite…)

Billets associés :
del.icio.us:René Girard, Freud et le Pape digg:René Girard, Freud et le Pape spurl:René Girard, Freud et le Pape wists:René Girard, Freud et le Pape simpy:René Girard, Freud et le Pape newsvine:René Girard, Freud et le Pape blinklist:René Girard, Freud et le Pape furl:René Girard, Freud et le Pape reddit:René Girard, Freud et le Pape fark:René Girard, Freud et le Pape blogmarks:René Girard, Freud et le Pape Y!:René Girard, Freud et le Pape smarking:René Girard, Freud et le Pape magnolia:René Girard, Freud et le Pape segnalo:René Girard, Freud et le Pape gifttagging:René Girard, Freud et le Pape


René Girard : l’avenir imprévu d’une illusion 20 mars 2005

Par Thierry Klein dans : Critiques,René Girard.
Lu 18 348 fois | 17 commentaires

René Girard vient d’être élu à l’Académie Française. Une reconnaissance tardive et un peu faible pour un des plus grands découvreurs de notre temps.

René Girard est un découvreur, au même titre que Newton ou Freud. Ces écrits sont exceptionnellement clairs et articulés autour de quelques découvertes fondamentales, telles que le désir mimétique (dans le Roman, dans la Bible) ou les mécanismes victimaires et la violence. René Girard, c’est un des seuls grands auteurs modernes qu’on peut lire pratiquement sans référence et sans explication externe. Vous ne pouvez pas faire ça avec Freud, qui invoque à tout moment « l’expérience thérapeutique » (souvent peu vérifiable).
(suite…)

Billets associés :
del.icio.us:René Girard : l'avenir imprévu d'une illusion digg:René Girard : l'avenir imprévu d'une illusion spurl:René Girard : l'avenir imprévu d'une illusion wists:René Girard : l'avenir imprévu d'une illusion simpy:René Girard : l'avenir imprévu d'une illusion newsvine:René Girard : l'avenir imprévu d'une illusion blinklist:René Girard : l'avenir imprévu d'une illusion furl:René Girard : l'avenir imprévu d'une illusion reddit:René Girard : l'avenir imprévu d'une illusion fark:René Girard : l'avenir imprévu d'une illusion blogmarks:René Girard : l'avenir imprévu d'une illusion Y!:René Girard : l'avenir imprévu d'une illusion smarking:René Girard : l'avenir imprévu d'une illusion magnolia:René Girard : l'avenir imprévu d'une illusion segnalo:René Girard : l'avenir imprévu d'une illusion gifttagging:René Girard : l'avenir imprévu d'une illusion