jump to navigation

La rhétorique antisémite symétrique employée par les islamo-gauchistes. 11 mars 2024

Par Thierry Klein dans : Politique.
Lu 11 fois | trackback

Pourquoi Israël est-elle accusée de génocide et de crimes de guerre ?

La rhétorique antisémite chez les islamo-gauchistes répond à un double besoin:

  1. un besoin moral: l’horreur des crimes commis le 7 octobre par le Hamas abaisse, nous allons voir pourquoi, leurs auteurs et par contagion, tous leurs soutiens. Il s’agit donc de relativiser ces crimes et de montrer qu’Israël commet des crimes au moins équivalents.
  2. une fascination antisémite pour les juifs et un besoin de revanche. Le succès d’Israël en tant que démocratie (mode de gouvernement quasi inexistant dans le monde musulman), l’intégration des juifs en Occident et leur succès social alors que les musulmans forment une sorte de prolétariat, la création même de l’Etat d’Israël perçue comme une compensation injuste, l’Occident ayant en quelque sorte compensé la Shoah hitlérienne sur le dos des arabes, sont autant de facteurs qui ont renforcé le traditionnel antisémitisme arabo-musulman.

Ces 2 facteurs ont engendré une rhétorique qui se caractérise par la symétrie. Une sorte de « si c’est toi qui le dis c’est toi qui y est » sophistiqué. Il s’agira de montrer qu’Israël n’a aucune supériorité morale, que les juifs ne sont pas à plaindre (du moins moins à plaindre que les musulmans), si possible, que les musulmans subissent une sorte de Shoah et qu’Israël en est à l’origine. Que les musulmans sont aux juifs comme les juifs aux nazis.

Pourquoi les crimes du Hamas sont d’une autre nature que les actions d’Israël à Gaza.

La supériorité d’une civilisation réside dans la façon dont elle choisit ses boucs émissaires. René Girard nous parle d’une tribu où un conflit mortel entre 2 personnes se règle non pas par un combat entre elles mais en sacrifiant leurs enfants et nous sommes en droit de considérer un telle civilisation comme arriérée par-rapport à nous, puisque nous comprenons que ces enfants ne sont en rien coupables, mais simplement utilisés comme une façon commode de résoudre la violence.

Le 7 octobre, le Hamas s’en est pris à des citoyens israéliens et ceci en soi n’est pas un signe de barbarie. Dans la mesure où Israël est un état guerrier tout citoyen, homme ou femme, est mobilisable et donc un ennemi de tous ceux qui sont en guerre avec Israël. Ainsi, si le Hamas avait “simplement” tué des adultes, on aurait pu considérer qu’à la limite, il faisait la guerre. Ce qui est moralement inacceptable, c’est que le Hamas a tué des innocents parfaits, des enfants, des bébés qui par définition ne sont coupables de rien. Et qu’il a torturé / violé des femmes, des hommes et des enfants. En faisant ceci, le Hamas est sorti sinon de l’humanité au moins de la civilisation au sens où nous l’entendons. 

Tout homme doué de raison naturelle sent ceci, qu’il soit juif, chrétien ou musulman ;blanc ou noir.

Le crime de lèse-humanité dégrade les peuples jusque dans leur postérité la plus reculée. Ce crime ne consiste pas seulement à exercer l’injustice, mais à la tolérer.

Custine, Lettres de Russie (à propos des crimes d’Ivan le Terrible), dont la Russie ne s’est d’ailleurs de fait toujours pas relevée.

Ainsi, dès le 8 octobre, il était très important pour LFI que les crimes du Hamas ne soient pas qualifiés de terroristes – ce qu’ils sont évidemment, leur seul but étant la terreur et l’humiliation – mais ne constituent “que” des crimes de guerre. La qualification de terroriste aurait mis en évidence la différence de nature – évidente – entre le comportement du Hamas, symbole d’une civilisation arriérée, et celui de l’armée israélienne. Nous verrons comment, dans un 2ème temps, LFI a tout fait pour retourner l’accusation de crime de guerre contre Israël, le but étant de relativiser les crimes du Hamas en mettant Israël et le Hamas dos à dos.

L’usage du terme génocide pour qualifier l’action de larmée israélienne à Gaza.

Manuel Bompard, dans son Grand Jury du 11 mars, utilise des dizaines de fois le terme “génocide” pour qualifier les actions en cours à Gaza. Il le fait évidemment avec les précautions et circonvolutions d’usage, sans être le moins du monde repris par les journalistes indigents de RTL.

 “La CIJ a déclaré voici un mois qu’il y avait risque de génocide, depuis, clairement, le génocide est en cours”

“SI une armée est en train de commettre un génocide, la France ne peut être complice de ce génocide”

“Les autorités internationales qualifient ces actions de crime de guerre ou de génocide”

Le terme génocide a un double avantage car il couvre les 2 besoins mentionnés en introduction. Au niveau moral, il met Israël au niveau du Hamas (le génocide est un crime contre l’humanité, supérieur au crime de guerre et comparable au terrorisme) et c’est l’argument antisémite type puisqu’il accuse les juifs de faire à d’autres ce qu’eux-mêmes ont subi.

La comparaison entre Gaza et le ghetto de Varsovie

Fabien Roussel, de façon presque simultanée le 11 mars dans sa Grande Interview, a comparé la situation à Gaza au ghetto de Varsovie. Là encore, la rhétorique est strictement la même. Les situations n’ont rien à voir, le ghetto a été créé pour tuer tous les juifs, dans une logique génocidaire. Israël n’a pas pour objectif de tuer les populations civiles à Gaza. Là encore, les 2 besoins sont remplis: abaissement moral d’Israël et argument antisémite consistant à accuser les juifs de répéter sur d’autres ce qu’ils ont eux-mêmes subi. 

Les relais antisémites sur les réseaux sociaux

Tous ces éléments sont largement repris de façon “humoristique” sur les réseaux sociaux par tous les relais antisémites de l’islamo-gauchisme, avec force jeux de mots. Les jeux de mots sont une technique auparavant utilisée par l’extrême droite pour minimiser la Shoah (on se souvient du fameux “Durafour crématoire”). Ainsi, le terme de “néga-sioniste” utilisé par un grand nombre de comptes proches des Insoumis pour qualifier ceux qui se permettent de nier le caractère génocidaire des actions israéliennes.

Sur les réseaux sociaux, l’antisémitisme est totalement libéré et les juifs sont ainsi traités de nazis

L’invention permanente de crimes contre l’humanité qui seraient commis par Israël

Sur les réseaux, les crimes – inventés, non étayés – dont Israël se serait rendu coupable se multiplient. Le but recherché est le fameux “rééquilibrage moral” – il s’agit de mettre le Hamas et Israël sur le même plan. Rima Hassan, fraichement recrutée par LFI, est une des spécialistes de ces rumeurs “antisionistes” (en fait antisémites). Fausses informations, montages photos… La désinformation est permanente.

(Cette image relayée par Rima Hassan est évidemment un faux grossier, un pur appel à la haine)

Les exemples ci-dessus montrent bien comment les pro-palestiniens tentent de copier, symétriquement, les arguments dénonçant la Shoah. Leur fascination antisémite s’exprime de cette façon.

Symétrie aussi en ce qui concerne les viols.

Plus subtil, Fabien Roussel qualifie bien les actes du Hamas de terroristes mais affirme que “selon un rapport de l’ONU”, des femmes palestiniennes subiraient des viols dans les prisons israéliennes. Rapport dont je ne trouve nulle trace sur Twitter, la seule mention de ces soi-disant viols se trouvant dans un article de Meriem Laribi, journaliste / activiste islamo-gauchiste à l’origine de nombreux tweets antisémites (voir plus haut) et de désinformation (voir ci-dessous). 

S’il y a eu de tels viols, ils tombent de toutes les façons sous le coup de la loi israélienne. Toutes ces tentatives correspondent au besoin moral d’absoudre le Hamas en diabolisant Israël. Besoin probablement inconscient chez Fabien Roussel qui n’est pas suspect d’antisémitisme mais qui est soumis à des influences antisémites venant de l’Islam et de l’extrême gauche. 

L’équivalence entre les soldats israéliens français et les terroristes de Daesh français

Beaucoup d’islamistes français étaient partis rejoindre Daesh en Syrie pour devenir terroristes et organiser des attentats sur le sol français. La Justice française les a recherchés et condamnés.

Dans l’armée israélienne, il y a un certain nombre de franco-israéliens ayant la double nationalité. Ils se battent contre le terrorisme palestinien. LFI cherche à les faire passer pour des criminels de guerre et essaie de faire en sorte qu’ils subissent le traitement judiciaire des terroristes islamistes.

(Ci-dessous un tweet de Thomas Portes, relayé par Rima Hassan et Anne Tuaillon saisissant la justice française. Il se trouve que la personne mise en cause n’appartient pas à l’armée israélienne et n’a jamais quitté Paris. Peu importe !)

L’équivalence entre les otages israéliens et les terroristes palestiniens emprisonnés

Israël détient des milliers de terroristes palestiniens, condamnés ou en attente de jugement, qui ne courent aucun danger. Les islamo-gauchistes les placent à égalité avec les otages israéliens détenus à Gaza, qui sont tués à petit feu et, pour les femmes, violées. Tout ceci n’a aucun sens mais permet de créer l’effet de symétrie recherché.

Voir l’effet délétère de cette rhétorique sur ces militants de base. Pour le premier, le 7 Octobre « est le prix de la guerre ». Pour le second, « pas un massacre ». Le second hésite cependant et cette hésitation, complétée par le travail que la raison opère en nous au fil du temps, est aujourd’hui notre principal espoir de paix.

Malheureusement la propagande palestinienne, directement inspirée par le Hamas, me rend pessimiste pour l’avenir. Tant que les Palestiniens ont une direction politique qui, via les islamistes, via les antisémites, les abaisse en les faisant sortir de l’humanité, il est clair qu’aucune paix négociée ne sera possible.

(Ajout 01/04/2024 : la demande de diffusion d’images de la guerre à Gaza à l’Assemblée Nationale par LFI)

Le massacre du 7 octobre, les tortures, ont été filmés et diffusés par les terroristes eux-mêmes. Cela fait partie de leur propagande et génère des vocations par mimétisme – c’est pourquoi Twitter, Facebook, etc. censurent en général les images. Israël a réalisé un résumé de 40 mn qui a été projeté en privé à l’Assemblée Nationale en Octobre.

Recherchant la symétrie, Aymeric Caron propose aujourd’hui de diffuser des images de la guerre à Gaza à l’Assemblée. Le but est toujours de confondre au sens moral, la guerre menée par Israël contre le Hamas et les crimes terroristes subis par Israël.

Si la proposition / provocation d’Aymeric Caron aboutit, un parallèle honteux serait établi entre ces deux vidéos, qui sont de nature totalement différente. Le but est de relativiser les actions commises par le Hamas en utilisant des images de Gaza. Si la proposition d’Aymeric Caron n’aboutit pas, ce qui est souhaitable, une vague d’antisémitisme supplémentaire déferlera sur les réseaux sociaux sur les thèmes du « Deux poids, deux mesures », « entrave à la liberté d’expression », « débat injustement verrouillé par les sionistes », « toutes les victimes se valent ».

CaractéristiquesVidéo du 7 octobreVidéo proposée par Aymeric Caron
Position du réalisateurTournée par les agresseursTournée par les victimes
Source des imagesHamasHamas
Fiabilité des imagesTotale: Images brutes tournées par les terroristes en actionTrès faible: Multiples mises en scène à des fins de victimisation
Objectif du HamasSusciter des vocations terroristes
Mettre en scène la puissance du Hamas
Victimisation
Susciter la haine envers Israël
Relativiser les images du 7 octobre
Objectif d’Israël– Lutter contre le négationnisme qui paradoxalement s’est manifesté (même si les images provenaient du Hamas !)
– Faire prendre conscience de l’horreur des crimes du 7/10
Contenu de la vidéoViolence gratuite envers des innocents (enfants…)Violence inévitable pour se débarrasser du Hamas, ce qui est l’objectif de guerre d’Israël

Billets associés :

Commentaires»

1. Préparer l’accusation de génocide à Gaza: la rhétorique LFI - Le blog de Thierry klein - 18 mars 2024

[…] s’agit là encore d’un retournement rhétorique à caractère antisémite, tel que je l’ai déjà signalé. L’accusation de génocide est particulièrement infamante pour Israël, les juifs ayant […]