jump to navigation

L’Europe veut singer les Etats Unis. Pourquoi ? 23 février 2006

Par Thierry Klein dans : Politique.
Lu 4 404 fois | trackback

Dans les Echos du jour:

Le président de la Commission José Manuel Barroso prône la création d’une institution associant recherche et entreprises.
La question de son financement reste pendante (mince, alors !)
La Commission européenne veut créer un Institut européen de Technologie qui, grâce à un partenariat entre centres de recherche existants et entreprises, accélérerait l’innovation industrielle dans les secteurs où la concurrence est la plus féroce. Un tel institut, sur le modèle américain du Massachusetts Institute of Technology, «rassemblerait les meilleurs cerveaux et les meilleures entreprises européennes, il montrerait le chemin», a déclaré mercredi le président de la Commission, José Manuel Durao Barroso.

Super, sauf que le MIT est une initiative locale, d’envergure internationale. Ce n’est pas un établissement fédéral, c’est une université bostonnienne qui a (pas mal) réussi.
Parler d’un institut européen, sur le modèle du MIT, c’est soit un sophisme, soit une grave méconnaissance de ce qu’est réellement le MIT.

Le commissaire européen à l’Education, Jan Figel, a cité parmi les domaines sur lesquels travaillerait en priorité cet institut l’énergie, l’environnement, les biotechnologies, et les technologies de l’information.(Evidemment, tout ça, ça fait toujours très chic dans une conversation. En général, on cite aussi l’aérospatial mais Figel a dû avoir un petit trou (de mémoire).

A ce stade, la question du financement de ce futur institut, et notamment le budget dont il serait doté, reste à définir. «Il faut savoir éviter les problèmes qui s’opposent à l’avancement d’une bonne idée», s’est justifié M. Barroso. «Si on commence à parler de budget et d’emplacement, on ne fera jamais rien. Pour l’instant il faut lancer l’idée et voir si le concept est bon. S’il est bon, on trouvera le financement».

Ben voyons…L’intendance suivra, comme on dit. C’est quand même stupéfiant d’entendre des commissaires européens tenir ce genre de discours.

L’Europe veut singer les Etats-Unis mais la différence, c’est qu’aux USA, tout est parti du bas, du local. Soit on s’inspire de l’essence américaine, et dans ce cas, c’est moins d’état et moins d’Europe, soit on utilise les forces historiques de l’Europe, et dans ce cas, on n’essaie pas de copier le MIT mais on tente de faire autre chose d’aussi bien – ou de mieux – mais de façon différente.

Billets associés :

Commentaires»

no comments yet - be the first?